Bahreïn : l'ONU exhorte au respect du droit à un procès équitable

24 juin 2011
Des manifestants à Bahreïn.

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa profonde inquiétude sur les condamnations sévères prononcées à Bahreïn contre 21 activistes politiques et a appelé les autorités à respecter le droit des accusés à bénéficier d'un procès équitable.

« Nous exhortons les autorités à agir dans le strict respect des obligations des droits de l'homme internationaux particulièrement au regard du droit à bénéficier d'un procès équitable », a déclaré vendredi le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, dans un communiqué. « Les procès semblent porter les stigmates de la persécution politique », a-t-il ajouté.

Bahreïn a connu ces derniers mois de nombreuses manifestations réprimées violemment par les forces de sécurité. L'ONU a condamné l'usage excessif de la force par les autorités et s'est déclaré préoccupée par la situation des droits de l'homme.

« Nous sommes également inquiets concernant le travail de la Cour d'appel pour la sûreté nationale, notant que le Roi Hamad bin Issa Al Khalifa a levé l'état d'urgence depuis le 1er juin. Selon des sources fiables, la Cour d'appel pour la sûreté nationale a condamné plus de 100 personnes depuis le mois de mars de cette année, la plupart sur des crimes présumés commis pendant les manifestations. Nous comprenons qu'au total, plus de 1.000 personnes restent en détention », a-t-il expliqué.

Le Haut commissariat aux droits de l'homme appelle à l'arrêt des procès de civils par les tribunaux militaires et à la libération de tous les manifestants pacifiques qui ont été emprisonnés dans le contexte du mouvement de protestation qui a débuté en février.

« Le gouvernement doit lancer d'urgence une enquête indépendante sur ces allégations », a conclu Rupert Colville.

La Haut commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, a envoyé une lettre au Roi de Bahreïn pour transmettre ses inquiétudes.

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté jeudi les autorités bahreïnies à permettre à tous les accusés d'exercer leur droit à faire appel et à agir dans le strict respect des droits de l'homme, y compris le droit de bénéficier d'un procès équitable. Il a également souhaité que les autorités bahreïnies fassent tout leur possible « pour créer un environnement favorable à un début concret de dialogue national annoncé par sa majesté le Roi Hamad bin Issa Al Khalifa ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.