Darfour : le Conseil de sécurité appelle toutes les parties à résoudre leurs différends

23 juin 2011

Les membres du Conseil de sécurité ont salué jeudi les résultats de la Conférence des parties au Darfour, qui s'est déroulée fin mai à Doha, au Qatar, comme étant une importante avancée et une base pour la conclusion d'une paix globale et inclusive au Darfour.

Les membres du Conseil de sécurité ont salué jeudi les résultats de la Conférence des parties au Darfour, qui s'est déroulée fin mai à Doha, au Qatar, comme étant une importante avancée et une base pour la conclusion d'une paix globale et inclusive au Darfour.

Dans une déclaration à la presse lue par la Présidence tournante du Conseil occupée par le Gabon, le Conseil de sécurité ont invité « toutes les parties à résoudre d'urgence leurs différends et les ont engagés à n'épargner aucun effort pour parvenir, dans les meilleurs délais, à un cessez-le-feu permanent et à un accord de paix global, sur la base du Document de Doha pour la paix au Darfour. »

Les membres du Conseil ont exprimé leur gratitude à Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, Émir de l'État du Qatar, pour le soutien de son gouvernement au processus de paix de Doha, en notant que le gouvernement du Qatar restait disposé à poursuivre son assistance.

Ils ont aussi exprimé leur gratitude à Ahmed bin Abdulla Al-Mahmoud, Ministre d'État aux affaires étrangères de l'État du Qatar, et Djibrill Bassolé, Ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale du Burkina Faso, pour leur contribution au processus de paix au Darfour.

Ces deux responsables, qui ont co-présidé la Conférence des parties au Darfour, ont présenté mercredi au Conseil de sécurité le Document de Doha et ont procédé à un échange de vues informatif avec les membres du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a reçu lundi une copie de la Déclaration et « l'a saluée comme la base pour arriver à un cessez-le-feu permanent et à un règlement de paix ouvert à tous », a indiqué son porte-parole.

Quelque 500 personnes ont participé à cette Conférence à Doha, représentant le gouvernement soudanais, les mouvements rebelles du Darfour, des délégués de la société civile, des représentants des personnes déplacées, des dirigeants de partis politiques soudanais et des membres élus des assemblées des Etats et du Parlement national.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : le Procureur de la CPI appelle le Conseil de sécurité à agir face au génocide

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité de l'ONU que des crimes de génocide continuaient d'être perpétrés au Darfour (Soudan) et appelé le Conseil à agir sur la base des informations collectées par la CPI sur les liens entre l'extermination des communautés ethniques identifiées et les choix stratégiques des dirigeants soudanais.