Un expert de l'ONU appelle à la levée du blocus israélien de Gaza

Richard Falk, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967.
Richard Falk, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967.

Un expert de l'ONU appelle à la levée du blocus israélien de Gaza

Le Rapporteur spécial de l'ONU pour les Territoires palestiniens occupés, Richard Falk, a appelé à la levée du blocus de Gaza par Israël et a exprimé sa profonde inquiétude sur la situation des droits de l'homme des 1,7 million de Gazaouis qui, selon lui, souffrent « d'une politique de punition collective délibérée qui est légalement indéfendable et moralement répréhensible ».

« Cela a pour but de nier l'humanité des Palestiniens et la vie avec dignité. Le blocus de Gaza doit entièrement et immédiatement être levé », a déclaré Richard Falk par communiqué.

« La réalité effroyable persiste malgré les récents gestes positifs d'Israël d'autoriser à faire entrer des matériaux de construction dans la bande de Gaza », a-t-il dit faisant référence à l'approbation par les autorités israéliennes d'un projet de construction de plus de 1.200 logements et de 18 écoles par l'ONU.

Selon un récent rapport sur la situation de la santé à Gaza, Richard Falk a rappelé que sur les 480 médicaments essentiels, 178 sont sur le point d'être en rupture de stocks et plus de 190 autres sont épuisés. La pénurie de médicaments a suivi l'élection en 2006 du Hamas à la tête de Gaza, souligne Richard Falk dans son communiqué.

Il a aussi déploré le taux de chômage très élevé parmi les jeunes de Gaza. Selon un nouveau rapport de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), le chômage, au milieu de l'année 2010, atteignait 45,2% de la population, soit l'un des plus hauts taux de chômage du monde.

« La fermeture totale de Gaza par Israël, ne nie pas seulement le droit à toute la population civile de Gaza de vivre une vie normale mais la punit collectivement pour des actes dont elle n'a pas de la responsabilité », a conclu l'expert.