Soudan : l'ONU inquiète de l'impact du conflit sur les civils dans le Sud-Kordofan

22 juin 2011

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a tiré la sonnette d'alarme sur la situation sécuritaire et humanitaire dans l'Etat du Sud-Kordofan, au Soudan, et les conséquences pour les civils.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a tiré la sonnette d'alarme sur la situation sécuritaire et humanitaire dans l'Etat du Sud-Kordofan, au Soudan, et les conséquences pour les civils.

« Le traitement des civils dans le Sud-Kordofan est répréhensible », a dit Mme Amos dans une déclaration publiée mardi soir, citant des informations faisant état de violations des droits de l'homme et de gens visés en fonction de critères ethniques.

« Nous savons que plus de 70.000 personnes ont été déplacées. Beaucoup d'autres pourraient avoir fui leurs maisons et nous ne savons pas quelle est leur situation. Cela comprend les personnes qui ont récemment quitté la sécurité du complexe de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) dans la ville de Kadugli (la capitale du Sud-Kordofan) », a ajouté Mme Amos.

La Secrétaire générale adjointe a jugé « nécessaire que l'insécurité et les restrictions de mouvement cessent » car cela limite la capacité de l'ONU « à évaluer la situation, à fournir aux gens l'aide dont ils ont besoin de manière urgente, et à réapprovisionner les stocks. » « Les menaces visant les travailleurs humanitaires et les casques bleus doivent cesser immédiatement », a-t-elle ajouté.

Mme Amos s'est dit « préoccupée par le fait que la situation générale en matière de sécurité au Soudan se dégrade à un rythme alarmant, avec de graves conséquences humanitaires. » « Les civils sont de plus en plus les premières victimes du climat politique volatile et incertain. Le conflit a aussi empêché de semer au début de la saison agricole, ce qui entraînera des pénuries de nourriture. Nous pourrions être confrontés à un scénario catastrophique, avec des millions de civils à la fois au Nord et au Sud-Soudan ayant besoin de protection d'une assistance humanitaire », a-t-elle dit.

Depuis plusieurs semaines, le Sud-Kordofan est le théâtre d'affrontements entre les forces du Nord et du Sud-Soudan alors que le Sud-Soudan s'apprête à accéder à l'indépendance le 9 juillet.

Lundi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé toutes les parties à « cesser immédiatement les hostilités dans l'Etat du Sud-Kordofan et à fournir leur pleine coopération aux agences humanitaires en répondant aux besoins de la population affectée ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan : l'ONU dénonce des attaques contre ses casques bleus au Sud-Kordofan

Les Nations Unies ont fermement condamné vendredi la détention par les Forces armées soudanaises de quatre casques bleus de l'ONU qui patrouillaient à Kadugli, la capitale de l'Etat du Sud-Kordofan, au Soudan, où des combats font rage entre les armées du nord et du sud du pays.