L'ONU encourage les synergies pour lutter contre les maladies non transmissibles

16 juin 2011

Il faut travailler ensemble afin de mieux prévenir et contrôler les maladies non transmissibles, a déclaré jeudi le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Joseph Deiss, en inaugurant une séance informelle sur ce thème avec des représentants de la société civile au siège de l'ONU à New York.

Cette séance est une étape avant la réunion de haut niveau sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles prévue le 19 septembre 2011, avec la participation de chefs d'État et de gouvernement.

Rappelant que deux tiers des décès annuels dans le monde sont causés par les maladies non transmissibles, notamment les maladies cardio-vasculaires, le cancer, le diabète et les maladies pulmonaires, Joseph Deiss a souligné que le problème était mondial et que les plus pauvres restaient les plus exposés, en ayant moins accès aux traitements.

« Cette séance est une étape importante dans la préparation de la réunion de haut niveau de septembre », a-t-il dit. « Elle offre également une opportunité d'identifier les défis clés pour répondre aux problèmes de prévention et de contrôle des maladies non transmissibles », a-t-il ajouté.

Selon Joseph Deiss, le succès dépendra en grande partie de la capacité des gouvernements, du secteur privé et de la société civile à former des alliances et des partenariats, « comme nous l'avons appris avec notre réponse collective à d'autres problèmes de santé ou de développement ». Le défi important auquel la communauté internationale fait face est de savoir « comment créer ces partenariats, dans une période de contraintes financières et dans une période où il y a tant à faire pour régler d'autres problèmes de santé à travers le monde ».

Le Président de l'Assemblée générale a souligné que la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles ne faisaient en aucun cas concurrence à d'autres priorités de santé et que ce travail contribuait à améliorer la santé humaine et le développement en général.

Joseph Deiss puis la Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, ont fait référence au succès de la lutte mondiale contre le VIH/Sida.

« Les Nations Unies permettent de rassembler tous nos experts. Nous allons observer ce problème sous tous les angles : santé, environnement, économie et développement. Nous sommes prêts à accroître nos engagements. C'est une tache monumentale mais d'autres campagnes mondiales ont montré que c'était possible. Nous l'avons vu récemment avec la campagne contre le Sida », a déclaré Asha-Rose Migiro, à l'ouverture de la séance qui a été l'occasion de plusieurs tables rondes sur les maladies non transmissibles.

Les tables rondes qui rassemblent un ensemble de chercheurs et de spécialistes internationaux des maladies non transmissibles lors de cette journée ont porté sur les thèmes suivants : « l'ampleur du défi », « les solutions nationales et locales » et « comment améliorer la coopération globale ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Maladies non transmissibles : l'OMS appelle à agir face à une "catastrophe au ralenti"

La Directrice de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Margaret Chan, a averti jeudi que la « catastrophe au ralenti » des maladies non transmissibles peut submerger même les nations les plus riches si les causes profondes de l'épidémie, qui sont principalement liées aux modes de vie, ne sont pas abordées.