Gaza : l'ONU inquiète de la situation économique après cinq ans de blocus

13 juin 2011

Le chômage à Gaza a atteint 45,2% pendant la seconde moitié de l'année 2010, l'un des plus élevés au monde, tandis que les salaires ont continué de baisser, s'alarme l'agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) dans un nouveau rapport publié lundi, au moment où le blocus de Gaza entame sa cinquième année.

Le rapport conclut que les salaires réels n'ont cessé de baisser sous le poids d'un chômage élevé et persistant ; ils ont enregistré une baisse de 34,5% depuis le premier semestre 2006.

« Ce sont des tendances inquiétantes », a déclaré le porte-parole de l'UNRWA, Chris Gunness, soulignant que les réfugiés, constituant les deux tiers des 1,5 million d'habitants de la bande de Gaza, ont été les plus durement touchés durant la période couverte par le rapport. « Il est difficile de comprendre la logique d'une politique pensée par l'homme qui appauvrit de façon délibérée tant de gens et qui condamne des centaines de milliers de personnes potentiellement actives à une vie de misère », a-t-il dit.

Le rapport de l'agence onusienne conclut que le secteur privé a été bien plus touché que le secteur public. Dans la seconde moitié de 2010, les entreprises ont supprimé plus de 8.000 emplois, soit une baisse de l'emploi de près de 8% par rapport au premier semestre 2010. En revanche, le secteur public dominé par le Hamas a crû de près de 3% sur la même période.

L'étude de l'UNRWA « indique que le Hamas a été en mesure d'augmenter l'emploi public d'un cinquième depuis 2007 », souligne Chris Gunness. « Encore plus frappant, au cours de ce qui aurait pu être une année relativement bonne pour le secteur privé dans la bande de Gaza grâce à l'assouplissement supposé du blocus, c'est le secteur public qui a généré 70% de la croissance nette d'emplois entre le deuxième semestre 2009 et le deuxième semestre 2010. Si l'objectif du blocus était d'affaiblir l'administration du Hamas, les chiffres de l'emploi public suggèrent que cela a échoué. Mais cela a sans aucun doute été un grand succès pour punir certains des plus pauvres d'entre les plus pauvres au Moyen-Orient."

« Dans ce contexte de morosité économique, l'UNRWA continuera ses travaux de développement dans les secteurs de la santé et de l'éducation, la gestion des écoles pour quelques 213.000 enfants de Gaza, en les aidant à croire en un avenir fait d'éducation de dignité et de paix », a déclaré Chris Gunness.

Le porte-parole de l'agence onusienne a noté également que « le nombre de gens qui viennent à nous, vivant dans une pauvreté absolue avec à peine plus de 1 dollar par jour, a triplé depuis que le blocus a été imposé, il s'élève à 300.000 personnes, tandis que de nombreux projets de reconstruction sont toujours en attente d'approbation. L'avenir s'annonce sombre. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Amos : les civils palestiniens et israéliens sont ceux qui souffrent le plus du conflit

Suite à une visite de quatre jours la semaine dernière dans les Territoire palestiniens occupés, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos a rappelé mardi que les populations civiles palestiniennes et israéliennes étaient les premières victimes du conflit et de la violence.