L'ONU va aider les musiciens d'Afrique de l'Ouest à être rémunérés pour leurs œuvres

L'ONU va aider les musiciens d'Afrique de l'Ouest à être rémunérés pour leurs œuvres

media:entermedia_image:5ca5966f-6a15-4d44-9cc9-3d3dc13cd5c7
Le Directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry, a annoncé mercredi le lancement d'un projet de plateforme numérique commune visant à rationaliser le recensement des œuvres musicales protégées dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest, en aidant les créateurs de ces pays à obtenir une rémunération pour l'utilisation de leurs œuvres grâce à un système simplifié et normalisé d'enregistrement des droits.

Le Directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry, a annoncé mercredi le lancement d'un projet de plateforme numérique commune visant à rationaliser le recensement des œuvres musicales protégées dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest, en aidant les créateurs de ces pays à obtenir une rémunération pour l'utilisation de leurs œuvres grâce à un système simplifié et normalisé d'enregistrement des droits.

L'entreprise américaine Google sera le partenaire technologique de l'OMPI dans l'élaboration de ce nouveau système sur le Web, qui s'appuie sur le WIPOCOS (logiciel OMPI de gestion collective du droit d'auteur et des droits connexes).

Le WIPOCOS aidera les organismes de gestion collective des pays participants à partager des informations sur le recensement des œuvres et les parties concernées, ce qui facilitera la concession transfrontière de licences. Les 11 pays participant à la phase actuelle du projet sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal et le Togo.

“La procédure actuelle de gestion des droits afin d'enregistrer des œuvres est complexe”, a déclaré M. Gurry. “Le registre des droits amélioré du WIPOCOS rationalisera la procédure en permettant de mémoriser les informations en ligne et de les rendre accessibles à partir de chaque pays participant. Cela signifie qu'un titulaire de droits n'aura à enregistrer une œuvre qu'une seule fois pour que les informations mémorisées puissent être consultées dans les 11 pays participants”.

Le lancement du projet a été annoncé par M. Gurry dans le cadre d'un discours prononcé à l'occasion du troisième Sommet mondial du droit d'auteur organisé par la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) à Bruxelles.

La Directrice générale du BSDA (Bureau sénégalais du droit d'auteur) et présidente d'un réseau de sociétés ouest africaines de perception dénommé Réseau d'Afrique occidentale, Diabe Siby, a déclaré que le projet était “susceptible de permettre aux pays en développement de tirer parti pleinement et plus efficacement des avantages découlant de l'industrie musicale à l'échelle mondiale”.

“Nous sommes heureux de contribuer à cette action, parce que nous sommes soucieux de faciliter la rémunération des créateurs et artistes interprètes ou exécutants pour leurs œuvres et de favoriser l'émergence de nouveaux services novateurs en ligne”, a indiqué le vice président de Google pour l'Europe du Sud, le Moyen Orient et l'Afrique, Carlo d'Asaro Biondo.