L'Afrique doit diversifier ses partenaires commerciaux, estime l'ONU

L'Afrique doit diversifier ses partenaires commerciaux, estime l'ONU

media:entermedia_image:18732a69-cca7-443a-b5b1-41d60a07e4d6
Les pays africains devraient diversifier leurs partenaires commerciaux entre les bailleurs traditionnels et les pays émergents afin d'accélérer le développement et la croissance, estime un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) intitulé « Perspectives économiques 2011 ».

Les pays africains devraient diversifier leurs partenaires commerciaux entre les bailleurs traditionnels et les pays émergents afin d'accélérer le développement et la croissance, estime un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) intitulé « Perspectives économiques 2011 ».

« Les nouveaux partenaires amènent de nouvelles opportunités pour les pays africains. Définir les priorités du développement, du commerce, de l'aide et de l'investissement constitue une clé pour récolter les bénéfices de cette nouvelle configuration », a déclaré le Directeur de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Mario Pezzini.

Le rapport co-rédigé par le PNUD, la Banque africaine de développement (BAD) et l'OCDE, recommande aux gouvernements d'introduire des politiques de création d'emploi, d'investir dans les services sociaux de base et de promouvoir l'équité entre les genres.

L'Afrique est en train de s'intégrer au monde économique en diversifiant ses partenaires et en révélant des opportunités économiques sans précédent, estiment les experts auteurs du rapport.

En 2009, la Chine a surpassé les Etats-Unis et est devenu le principal partenaire commercial de l'Afrique ; leurs échanges sont passés de 23% à 39% au cours des 10 dernières années, indique le rapport.

Alors que les partenaires traditionnels contribuent dans la plus grande proportion à la promotion du commerce, notamment grâce à l'aide publique au développement, les puissances émergentes peuvent fournirent une expérience du développement différente et un transfert de technologie additionnel.

L'augmentation des prix de l'énergie et des denrées alimentaires risquent d'handicaper le continent et réduire sa croissance cette année.

« L'Afrique se développe mais il existe des risques. Une attention particulière est nécessaire sur l'amélioration de la transparence et régler la question de la jeunesse », a pour sa part prévenu le Vice-président de la BAD, Mthuli Ncube.