Le HCR demande plus de mesures pour protéger les réfugiés climatiques

Le HCR demande plus de mesures pour protéger les réfugiés climatiques

Une famille de réfugiés dans l'Est du Tchad.
Il est nécessaire d'adopter de nouvelles mesures pour faire face aux déplacements de population générés par le changement climatique et les catastrophes naturelles, a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, vendredi, lors de la Conférence Nansen sur le changement climatique et les déplacements de population au 21ème siècle, se tenant à Oslo.

Il est nécessaire d'adopter de nouvelles mesures pour faire face aux déplacements de population générés par le changement climatique et les catastrophes naturelles, a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, vendredi, lors de la Conférence Nansen sur le changement climatique et les déplacements de population au 21ème siècle, se tenant à Oslo.

António Guterres a qualifié le problème des déplacements de population à l'intérieur d'un pays et au-delà des frontières de « défi majeur pour notre époque ». Il a déclaré que « la communauté internationale a jusqu'ici manqué de volonté politique pour établir des mécanismes efficaces visant à ralentir le rythme du changement climatique ».

Cette réunion de deux jours est une première mondiale et elle rassemble d'éminents spécialistes pour étudier les déplacements de population liés au changement climatique, a indiqué le Haut commissariat aux réfugiés par voie de communiqué.

Le Haut Commissaire a fait référence aux récentes catastrophes survenues au Japon, aux Philippines et au Pakistan, il a souligné l'augmentation en fréquence et en intensité de ces catastrophes, avant de déclarer qu'elles ne pouvaient être abordées indépendamment « d'autres grandes tendances mondiales conditionnant l'avenir de notre planète et de sa population ».

« Ces tendances – l'explosion démographique, l'urbanisation galopante, le manque d'eau, l'insécurité énergétique, la crise alimentaire – interagiront les unes avec les autres de façon accrue et engendreront le risque de rivalités et de conflits pour s'approprier des ressources naturelles peu abondantes. En conséquence, nous pourrions également voir un nombre accru de personnes déplacées depuis une communauté, un pays ou un continent vers un autre », a expliqué António Guterres.

Le Haut Commissaire aux réfugiés a toutefois souligné que la plupart des mouvements de population générés par le changement climatique se feront au sein même d'un pays selon lui. « La responsabilité incombera d'abord aux Etats concernés. J'encourage ces Etats à s'assurer que leurs mécanismes de réponse sont conformes aux Principes directeurs relatifs au déplacement de personnes à l'intérieur de leur propre pays », a-t-il indiqué, en faisant référence à l'Accord international sur la protection des personnes déplacées au sein de leur propre pays.

Il a également appelé ces pays à établir « un programme de soutien massif aux pays les plus affectés, renforçant ainsi la résilience des communautés et la capacité des citoyens à s'adapter au changement climatique. » Il a exhorté ces pays à faire évoluer leur mode de réponse aux situations d'urgence faisant suite à des catastrophes naturelles.

Pour remédier au problème des réfugiés climatiques se retrouvant hors de leurs frontières et dans l'incapacité de rentrer chez eux, le Haut Commissaire a proposé d'élaborer un cadre directeur global pour les situations de déplacement transfrontalier induit par le changement climatique et les catastrophes naturelles, prévoyant des dispositions de protection temporaires ou provisoires pour les personnes qui fuient les catastrophes naturelles.

Par ailleurs, António Guterres a lancé un appel pour que des mesures soient prises afin d'adresser le sort des ressortissants des petits Etats insulaires, dont la vie, les moyens d'existence, la culture et l'identité sont mis en péril par l'élévation du niveau des océans et des mers.

La Conférence Nansen sur le changement climatique et les déplacements de population au 21ème siècle qui se tient du 5 au 7 juin est organisée par les Ministères norvégiens de l'environnement et des affaires étrangères pour célébrer le 150e anniversaire de Fritdjof Nansen, le premier Haut Commissaire pour les réfugiés sous l'égide de la Société des Nations.