L'UNESCO condamne l'assassinat d'un journaliste vénézuélien

2 juin 2011

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi le meurtre du journaliste vénézuélien Wilfred Ivan Ojeda, assassiné par balle dans la ville de La Victoria le 17 mai dernier.

« Je condamne le meurtre de Wilfried Ivan Ojeda », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué. « J'exhorte les autorités à enquêter sur ce crime qui affecte la capacité de la société à jouir des droits fondamentaux que sont la liberté d'expression et le droit à s'engager dans un débat public », a-t-elle ajouté.

Le Comité de protection des journalistes (CPJ) a souligné que ce journaliste de 56 ans du journal « El Clarin » était un membre actif du parti de l'Action démocratique. Ces articles traitant en général de l'actualité politique locale n'étaient pas considérés comme critiques, selon des journalistes locaux.

Selon le CPJ, trois journalistes ont été tués dans le cadre de l'exercice de leur profession au Venezuela depuis 2002 : Orel Sambrano, Jorge Aguirre et Jorge Ibrain Tortoza Cruz. Dans la même période, trois autres journalistes ont été tués : Pierre Fould Gerges, Jesus Rafael Flores Rojas et Mauro Marcano. Cependant, les motifs de leur assassinat font toujours l'objet d'enquêtes de la part de la CPJ.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Venezuela : le mandat d'arrêt contre un directeur de télé critiqué par un expert

Le Rapporteur spécial de l'ONU pour la liberté d'expression, Frank La Rue, a exhorté les autorités vénézuéliennes à retirer le mandat d'arrêt lancé à l'encontre de Guillermo Zuloaga, le président de la télévision Globovision, et de son fils.