Economie verte : il est crucial de soutenir les petits exploitants agricoles, juge l'ONU

1 juin 2011

Le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Achim Steiner, et le Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Kanayo Nwanze, ont appelé mercredi à davantage soutenir l'agriculture durable particulièrement les petits exploitants agricoles afin de réduire la pauvreté et renforcer la croissance verte.

« L'agriculture est au centre de la transition vers une économie verte. Le défi est de nourrir une population globale qui s'accroît sans augmenter l'empreinte carbone au-delà des capacités planétaires », a déclaré Achim Steiner.

« Les investissements au travers de l'aide publique au développement sont une manière de catalyser les soutiens pour les petits exploitants. Mais les politiques gouvernementales ont également besoin d'amplifier et d'accélérer les mécanismes de marché pour attirer les flux d'investissements du secteur privé », a-t-il ajouté.

Pour M. Steiner, le Sommet de Rio+20, qui se déroulera en 2012 au Brésil, représente une opportunité pour la communauté internationale de reconnaître le rôle des petits exploitants agricoles dans la transition vers une agriculture et une économie vertes.

Selon le PNUE, les 500 millions de petits exploitants agricoles dans les pays en développement constituent une ressource inexploitée pour répondre aux enjeux de sécurité alimentaire et aux défis environnementaux.

Ces petits exploitants nourrissent un tiers de la population mondiale. Environ 80% du milliard d'êtres humains vivant avec moins de 1,25 dollar par jour vit dans les zones rurales.

« Les petits exploitants des pays en développement, dont la majorité sont des femmes, parviennent à nourrir 2 milliards de personnes malgré les problèmes climatiques et écologiques », a souligné Kanayo Nwanze.

« En ce moment nous gaspillons le potentiel des populations rurales pauvres à contribuer à la prospérité globale », a-t-il conclu en appelant à investir dans le développement de l'agriculture durable par les petits exploitants.

Les estimations globales d'investissements nécessaires dans le domaine de l'agriculture dans les pays en développement pour atteindre l'Objectif du millénaire pour le développement (OMD) 1, c'est-à-dire réduire de moitié l'extrême pauvreté d'ici à 2015, sont évaluées entre 14 et 16 milliards de dollars par an.

L'aide publique au développement destinée à l'agriculture est passée de 4 milliards de dollars en 2002 à 8 milliards en 2010, mais les besoins restent plus élevés que les moyens, concluent le FIDA et le PNUE.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Maroc : prêt de 22,5 millions de dollars du FIDA pour lutter contre la pauvreté rurale

Le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) a octroyé un prêt de 22,5 millions de dollars et un don de 0,5 million de dollars pour lutter contre la pauvreté rurale et renforcer l'économie locale dans les zones montagneuses de la province de Taza, au Maroc.