Somalie : l'OMS s'inquiète de l'augmentation des décès d'enfants par balles

31 mai 2011

Le nombre de morts et de blessés par balle a atteint un nouveau pic le weekend dernier dans les trois principaux hôpitaux de la capitale de Somalie, Mogadiscio, a indiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS), particulièrement préoccupée par le nombre croissant d'enfants de moins de cinq ans affectés par ces violences.

« C'est le plus grand nombre d'enfants blessés que nous avons depuis le début de l'année », a déploré mardi la Représentante de l'OMS pour la Somalie, Marthe Everard, dans un communiqué. « De nombreux enfants sont en train de souffrir de sévères blessures, brûlures et d'autres blessures causées par des balles et des éclats d'obus », a-t-elle ajouté.

Selon les rapports de trois hôpitaux de la capitale somalienne, les brûlures et les hémorragies internes dues à des éclats d'obus et des balles constituent les principales causes de décès des enfants de moins de cinq ans.

Les combats se sont intensifiés aux alentours du marché de Baraka à Mogadiscio. Depuis le début de l'année 2011, plus de 3.900 personnes ont été blessées par les affrontements et admis dans les principaux hôpitaux de la capitale somalienne.

« Les services de santé sont entravés par le manque d'accessibilité et d'infrastructures et un nombre insuffisant de centres de santé », a ajouté Mme Everard. « Et même lorsque les centres de santé sont opérationnels, ils manquent de médicaments essentiels et d'équipements ».

Selon l'OMS, 9,4 millions de dollars ont été récoltés sur les 58,8 millions de dollars réclamés par l'ONU et ses partenaires pour financer les opérations du volet santé de l'assistance humanitaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : l'ONU exhorte les autorités à régler leurs différends politiques

Lors d'un discours mercredi devant un Sommet extraordinaire de l'Union africaine sur la paix et de la sécurité en Afrique à Addis-Abeba en Ethiopie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a salué les progrès effectués par les autorités somaliennes pour améliorer la sécurité mais a déploré les tensions politiques au sein des Institutions fédérales de transition qui faisaient « perdre patience au Conseil de sécurité ».