L'ONU salue l'arrestation de deux fugitifs recherchés pour crimes de guerre

28 mai 2011

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est félicité vendredi de l'arrestation, cette semaine, de deux fugitifs recherchés par les tribunaux mis en place par l'ONU pour juger les personnes accusées de crimes durant le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990 et le génocide au Rwanda en 1994.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est félicité vendredi de l'arrestation cette semaine de deux fugitifs recherchés par les tribunaux mis en place par l'ONU pour juger les personnes accusées de crimes durant le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990 et le génocide au Rwanda en 1994.

Ratko Mladic, le chef militaire des forces serbes de Bosnie au moment du conflit en Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995, a été arrêté jeudi en Serbie après avoir échappé à la justice pendant près de 16 ans. Il est en attente de transfert vers La Haye, où il sera jugé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

L'ex-chef militaire est accusé par la justice internationale de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, notamment lors du massacre de milliers de garçons et d'hommes musulmans bosniaques, à Srebrenica, en Bosnie-Herzégovine, en juillet 1995.

Les membres du Conseil ont félicité les autorités serbes pour cette arrestation, qui est « une démonstration claire de la coopération du gouvernement serbe avec le Tribunal pénal international », a déclaré le Représentant permanent de la France aux Nations Unies, Gérard Araud, dans un communiqué à la presse la France assurant la présidence tournante du Conseil de sécurité ce mois-ci.

« Les membres du Conseil de sécurité saluent l'intention de la Serbie d'assurer le transfert rapide de Ratko Mladic au Tribunal de La Haye », a-t-il ajouté.

Les membres du Conseil de sécurité ont également dit espérer que la détention et le transfert de M. Mladic « contribuent à rapprocher la région des Balkans occidentaux de la réconciliation et d'une perspective européenne ».

En outre, Bernard Munyagishari, recherché par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui l'accuse de crimes de génocide et crimes contre l'humanité, a été arrêté le 25 mai en République démocratique du Congo (RDC).

Gérard Araud a déclaré que les membres du Conseil de sécurité avaient félicité les autorités congolaises pour cette arrestation et leur coopération avec le TPIR, qui a été créé à la suite du génocide rwandais au cours duquel environ 800.000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués en un peu plus de trois mois, en 1994.

« Les membres du Conseil de sécurité réaffirment leur soutien à la recherche des derniers fugitifs échappant au TPIR et appellent les Etats membres à poursuivre leurs efforts pour lutter contre toutes les formes d'impunité dans la région des Grands Lacs », a déclaré Gérard Araud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon : l'arrestation de Mladic, un jour historique pour la justice internationale

L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, est accusé par la justice internationale de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre lors du conflit en Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995.