Lancement d'un Partenariat pour l'éducation des filles et des femmes

26 mai 2011

Un Partenariat mondial en faveur de l'éducation des filles et des femmes a été lancé jeudi lors d'un forum au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, au cours duquel le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a appelé à généraliser l'éducation afin de soutenir les progrès dans le monde.

« L'éducation envoie un message, un message de confiance et d'espoir. Cela dit aux enfants : vous avez un futur, ce que vous pensez compte », a déclaré Ban Ki-moon lors de ce Forum de haut niveau sur l'éducation des filles et des femmes pour l'autonomisation et l'égalité des sexes.

Participaient également à l'événement la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Rodham Clinton, la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, le Premier ministre du Mali, Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, l'Aga Khan, fondateur et Président de l'Aga Khan Development Network Foundation, ainsi que les représentants de plusieurs firmes mondiales participant à ce partenariat.

Dans le monde, près de 39 millions de filles en âge d'être scolarisées dans les premières années du secondaire ne sont inscrites ni dans le primaire ni dans le secondaire, tandis que deux tiers des 796 millions d'adultes analphabètes dans le monde sont des femmes. Seul environ un tiers des pays a atteint la parité des sexes dans le secondaire, selon l'UNESCO.

Le Partenariat intitulé « Une vie meilleure, un avenir meilleur » cherche à atteindre les adolescentes analphabètes ou semi-analphabètes et à renforcer les programmes d'alphabétisation des femmes grâce à de solides partenariats avec de très grandes entreprises internationales telles que Nokia, Procter and Gamble, GEMS éducation, Microsoft, Apple et la Fondation Packard. Certains des projets sont déjà en cours de réalisation en Afrique et en Asie.

L'UNESCO a inauguré également un Groupe de haut niveau sur l'autonomisation des femmes et l'égalité entre les sexes. Stimulant les activités de plaidoyer au plan international et garant d'une « conscience mondiale » de l'égalité entre les sexes, il s'intéressera plus particulièrement à l'éducation.

« Investir dans l'éducation des filles et des femmes partout dans le monde a des conséquences sur la santé et apporte des bénéfices importants à la société », a dit Ban Ki-moon. « L'éducation des filles et des femmes réduit la fertilité. Cela améliore la productivité. Et cela crée une nouvelle génération de mères qui, à leur tour, peuvent élever des filles éduquées et autonomes ».

Le chef de l'ONU a dénoncé la discrimination à laquelle les femmes font face et qui les empêche d'avoir accès à l'école partout. « Nous devons nous battre contre ce traitement inégal et injuste », a-t-il dit.

« Le nouveau partenariat mondial que nous lançons aujourd'hui se concentre sur deux points : l'éducation secondaire et l'alphabétisation », a-t-il expliqué. Quant au Groupe de haut niveau lancé également jeudi « il se concentre sur l'autonomisation et l'égalité des sexes ».

« Nous devons rester lucides. La ligne que nous suivons est celle des droits de l'homme. Lorsqu'on respecte les droits des filles et des femmes, nous assurons la dignité humaine pour tous. L'éducation apporte l'essence nécessaire pour faire avancer le progrès mondial », a conclu Ban Ki-moon.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.