FAO : la peste porcine africaine pourrait constituer une menace mondiale

26 mai 2011

Dans l'éventualité d'une recrudescence imminente de la peste porcine africaine, une maladie mortelle des porcs, dans la région du Caucase et la Fédération de Russie, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a exhorté jeudi les pays touchés à renforcer les mesures de précaution et à déployer des efforts concertés afin d'empêcher l'infection de se propager dans tout l'hémisphère Nord.

« La peste porcine africaine (PPA) est en train de devenir un problème mondial », a déclaré Juan Lubroth, Vétérinaire en chef à la FAO. « Elle constitue une menace immédiate pour l'Europe et au-delà. Les pays doivent être en état d'alerte et renforcer leur planification préalable et leurs plans d'urgence ».

Les mesures recommandées par la FAO comprennent des analyses de risque pour évaluer la situation et les conséquences potentielles. Ces analyses devraient jeter les bases de plans d'urgence performants et orienter le choix de stratégies de lutte adéquates contre la maladie.

Il faut signaler qu'il n'existe pour l'instant aucun vaccin contre la maladie qui est inoffensive pour l'homme mais très souvent mortelle pour les porcs.

Parmi les stratégies préventives figurent la mise en quarantaine, la sécurité à la ferme et d'autres mesures visant à atténuer le risque d'introduction et d'établissement de la peste porcine. Font partie notamment des plans d'alerte rapide le recueil d'informations épidémiologiques, la formation et les campagnes de sensibilisation.

La peste porcine africaine a pénétré en Géorgie en provenance de l'Afrique australe fin 2006, par le port de Poti sur la mer Noire, où des porcs ont consommé des déchets déchargés d'un navire. Actuellement, la maladie se propage vers le nord à une vitesse moyenne de 350 km par an.

Les épisodes infectieux sont clairement saisonniers, le plus grand nombre de cas étant enregistré durant l'été et l'automne. Mais étant donné que la vague de PPA se déplace vers le nord, il se produit également un phénomène distinct, les 'bonds' sur de longues distances.

Par exemple, au printemps 2011 la PPA a soudainement fait son apparition dans le port de Mourmansk, à plus de 3.000 km de la Russie méridionale, et près de la frontière avec la Finlande. En 2009, elle a franchi 2.000 km jusqu'à Saint Petersbourg, où elle semble avoir été jugulée après une récidive fin 2010, puis à nouveau en mars 2011.

Ces infections sont d'origine alimentaire, le virus survivant dans les produits de viande porcine transportés par les voyageurs. Arrivés à destination, les déchets alimentaires sont parfois donnés en pitance aux porcs, déclenchant ainsi un nouveau foyer infectieux.

La fréquence de ces 'bonds longue distance' augmente à mesure que le territoire infecté à l'origine s'étend. La souche du virus de la peste porcine africaine qui se propage actuellement est agressive.

La PPA est désormais considérée comme établie en Géorgie, en Arménie et dans le sud de la Fédération de Russie. Et le nombre de 'foyers longue distance' a augmenté chaque année.

La Russie envisage de créer une zone tampon à proximité de la région infectée, ce qui pourrait interrompre la production porcine dans certaines zones et étendre les mesures aux populations de sangliers.

Selon la FAO, les progrès s'avèreront difficiles car les agriculteurs omettent de signaler la présence de foyers de PPA par crainte de voir leurs animaux abattus systématiquement sans indemnisation adéquate.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.