Abyei : la confrontation militaire n'est pas une option, selon le chef de l'ONU

Abyei : la confrontation militaire n'est pas une option, selon le chef de l'ONU

Des maisons en feu à Abyei après la prise de contrôle de la ville par les soldats nord-soudanais.
Dans un discours mercredi devant un Sommet extraordinaire de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré que la question d'Abyei, au Soudan, était un sujet de préoccupation et qu'il fallait faire comprendre aux parties en conflit que la confrontation militaire n'était pas une option.

Dans un discours mercredi devant un Sommet extraordinaire de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré que la question d'Abyei, au Soudan, était un sujet de préoccupation et qu'il fallait faire comprendre aux parties en conflit que la confrontation militaire n'était pas une option.

« La question d'Abyei reste très préoccupante, notamment étant donné l'escalade de la violence. J'ai condamné la violence ainsi que le pillage et les destructions de biens dans la ville d'Abyei », a-t-il dit dans ce discours, rappelant que ces violences interviennent alors que le Sud-Soudan s'apprête à devenir indépendant le 9 juillet.

Ces derniers jours, de violents combats ont eu lieu dans la région d'Abyei entre les forces de sécurité des gouvernements du Soudan et du Sud-Soudan. Les forces armées soudanaises (nord) ont pris le contrôle de la ville d'Abyei et de ses alentours.

« J'ai appelé les deux parties à cesser immédiatement leurs opérations militaires, à retirer toutes leurs forces et éléments armés de la zone d'Abyei et à éviter tous nouveaux actes d'agression », a rappelé mercredi le Secrétaire général.

« Nous devons tous bien faire comprendre aux parties que la confrontation militaire à Abyei n'est pas une option et les appeler à résoudre leurs différends de manière constructive », a-t-il ajouté.

La région d'Abyei, qui se situe à la limite entre le Nord et le Sud du Soudan, est en proie à des affrontements depuis plusieurs mois. L'Accord de paix global qui a mis fin en 2005 à la guerre civile entre le Nord et le Sud du Soudan prévoyait l'organisation à Abyei en janvier 2011 d'un référendum d'autodétermination, en même temps que celui sur l'autodétermination du Sud-Soudan.

Faute d'accord sur la composition d'une commission électorale, le scrutin avait été reporté. Le Sud-Soudan de son côté a voté massivement pour la sécession, qui entrera en vigueur le 9 juillet 2011.

S'agissant de la région du Darfour, au Soudan, le Secrétaire général a dit qu'il restait très préoccupé par les combats entre les forces gouvernementales et les groupes rebelles dans province du Nord-Darfour, qui ont entraîné le déplacement de civils et perturbé la distribution de l'aide humanitaire.

La Médiation conjointe va organiser à Doha, au Qatar, du 27 au 31 mai, une Conférence de toutes les parties prenantes au Darfour. « L'Union africaine et l'ONU ont convenu que cette conférence devrait marquer la fin de cette phase de la médiation », a souligné le Secrétaire général.