En Ethiopie, Ban salue les progrès en matière de santé maternelle et infantile

25 mai 2011

Lors de sa visite en Ethiopie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a visité mercredi un dispensaire au nord du pays et a souligné, à cette occasion, les progrès accomplis pour améliorer la santé maternelle et infantile, tout en soulignant la nécessité d'accroître les efforts afin d'éviter des morts inutiles.

Ban Ki-moon a salué l'Ethiopie pour son engagement à améliorer la santé maternelle et infantile, notamment son objectif de multiplier par quatre le nombre de sages-femmes. « L'Ethiopie est un bon exemple de comment on peut sauver de nombreuses vies avec un petit investissement », a-t-il remarqué, répondant aux questions des journalistes présents au dispensaire d'Ambo Mesk à Bahir Dar, dans la région d'Amhara, au nord de l'Ethiopie.

« J'espère que le gouvernement va essayer de multiplier ces dispensaires, les cliniques, les centres de santé et les hôpitaux », a déclaré le Secrétaire général.

Ban Ki-moon a rencontré le personnel fournissant des services de base à des communautés qui en étaient auparavant dépourvus. Il a également visité un centre de santé plus grand, à quelques kilomètres de distance, qui approvisionne le centre d'Ambo Mesk et propose des formations sur le tas. Il s'est entretenu avec les médecins et les infirmières sur leur travail, et a discuté avec quelques patients.

« Former de travailleurs de la santé et des sages-femmes de qualité peut sauver la vie de nombreuses femmes et de nombreux enfants », a-t-il ajouté. « Nous avons vu tant de femmes et d'enfants mourir inutilement de maladies évitables. »

La Corne de l'Afrique, où se situe l'Ethiopie, connaît bien les défis que représente la santé maternelle et infantile. Toutes les 25 minutes, une femme éthiopienne meurt des complications liées à l'accouchement. La plupart d'entre elles vivent dans les zones rurales, loin d'une clinique.

Lors d'un sommet des Nations Unies sur le développement, en septembre dernier, à New York, les participants ont adopté la Stratégie mondiale pour la santé de la femme et de l'enfant, et se sont mis d'accord pour débloquer 40 milliards de dollars afin de sauver les vies de 16 millions de femmes et d'enfants d'ici à 2015.

Le chef de l'ONU a ensuite rejoint la capitale éthiopienne, Addis Abeba, où il a assisté à une session extraordinaire de l'Assemblée de l'Union africaine sur la paix et de la sécurité en Afrique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.