La santé des réfugiés palestiniens affectée par la pauvreté, selon l'UNRWA

La santé des réfugiés palestiniens affectée par la pauvreté, selon l'UNRWA

Une mère et son fils à un centre de santé palestinien.
Dans un nouveau rapport sur la santé des réfugiés palestiniens, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) estime que des progrès significatifs ont été réalisés même si la pauvreté et le chômage affectent directement leur santé.

L'extrême pauvreté, le chômage et la discrimination sociale sont les principaux facteurs négatifs sur la santé des enfants palestiniens réfugiés dans la région. Les maladies non transmissibles ont sensiblement augmenté ces dernières années, indique le rapport.

Le diabète est l'une des maladies les plus contractée. « Les maladies non transmissibles représentent 70% à 80% des décès parmi les réfugiés palestiniens », explique le rapport.

« L'augmentation des frais médicaux à cause de l'inflation combinée à une augmentation exponentielle des coûts de soins des maladies non transmissibles signifient que l'UNRWA est de plus en plus dans l'impossibilité de maintenir un niveau optimal de soins et d'assistance », ont estimé dans le rapport le Commissaire général de l'UNRWA, Filippo Grandi, et le Directeur régional de l'Organisation mondial de la santé (OMS), Hussein Gezairy.

« Avec un budget d'environ 18 dollars par réfugié enregistré, il est devenu difficile d'assister les réfugiés qui sont confrontés à des dépenses d'hospitalisation prohibitives. La pauvreté, le chômage, la discrimination sociale et l'instabilité politique ont aggravé la situation », ont-ils expliqué.

La population des réfugiés palestiniens est passée de 4,8 millions en 2009 à 5 millions en 2010. Plus de 2 millions vivent dans les Territoires palestiniens occupés, à Gaza et en Cisjordanie. Les autres sont éparpillés entre le Liban, la Syrie et la Jordanie.

« Une nouvelle approche, qui se concentrerait sur le renforcement des soins de santé au niveau communautaire et une amélioration de la prévention y compris sur le changement des modes de vie, devrait réduire les besoins », a indiqué la Directrice du programme santé de l'UNRWA, Akhihiro Seita, qui a par ailleurs salué le travail des agents de santé auprès des réfugiés palestiniens.