Procès de Karadzic : une délégation du TPIY sur les lieux des crimes présumés

17 mai 2011

Une délégation de la Chambre de première instance du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) chargé de juger Radovan Karadzic, ancien dirigeant des Serbes de Bosnie accusé de crimes contre l'humanité, a entamé mardi une mission de cinq jours en Bosnie-Herzégovine.

La délégation est composée des juges de la Chambre de première instance III, à savoir les Juges Kwon (Président), Morrison, Baird et Lattanzi, ainsi que du personnel d'appui du Tribunal et des représentants de l'Accusation et de la Défense, a fait savoir mardi le TPIY dans un communiqué.

Donnant suite à une requête présentée par Radovan Karadzic, la Chambre a convenu qu'un transport en Bosnie-Herzégovine lui serait utile afin de visiter certains lieux de crimes présumés à Sarajevo et aux alentours.

Radovan Karadzic est accusé d'être responsable d'une campagne prolongée de bombardements et de tirs isolés dirigés contre des secteurs civils de Sarajevo pendant le siège de la ville, qui a duré 44 mois dans les années 1990. Selon l'acte d'accusation, des milliers de civils de Sarajevo ont été tués ou blessés, y compris des enfants et des personnes âgées.

« Les bombardements et les tirs isolés étaient dirigés contre les civils, lorsque ceux-ci jardinaient dans leurs potagers, faisaient la queue pour acheter du pain, allaient chercher de l'eau, assistaient à des funérailles, faisaient leur marché, prenaient le tramway, ramassaient du bois ou, tout simplement, se promenaient avec leurs enfants ou leurs amis », souligne l'acte d'accusation.

« Il arrivait même que des civils soient blessés ou tués chez eux par des balles tirées à travers les fenêtres. Il est allégué que les attaques dirigées contre les civils de Sarajevo étaient souvent menées indépendamment de toute autre opération militaire et étaient destinées à maintenir les habitants dans un état de terreur constant », poursuit l'acte d'accusation.

Radovan Karadzic, ancien Président de la Republika Srpska, chef du Parti démocratique serbe (SDS) et commandant suprême de l'Armée des Serbes de Bosnie (VRS), est accusé de génocide, de crimes contre l'humanité et de violations des lois ou coutumes de la guerre, perpétrés en Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995.

Radovan Karadzic a été mis en accusation le 25 juillet 1995. Il a été placé sous la garde du Tribunal le 30 juillet 2008, après s'être soustrait à la justice pendant plus de 13 ans. Son procès, qui s'est ouvert le 26 octobre 2009, est actuellement suspendu pour une courte période, jusqu'au 31 mai 2011.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TPIY : Début du procès de Radovan Karadzic accusé de génocide en Bosnie

Le procès de l'ancien leader serbe bosniaque Radovan Karadzic, accusé de génocide en Bosnie dans les années 1990, a commencé cette semaine au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye.