Syrie : les inquiétudes persistent sur la répression, l'ONU appelle à la retenue

13 mai 2011

Le Haut commissariat aux droits de l'homme (HCDH) a réitéré sa profonde inquiétude sur la situation des droits de l'homme en Syrie et a appelé les autorités à faire preuve de retenue.

Depuis la mi-mars de nombreuses manifestations inspirées par les revendications des récentes révolutions en Afrique du Nord ont être violement réprimées par les forces de l'ordre.

« Nous avons reçu des informations selon lesquelles des dirigeants et des activistes ont été arrêtés dans le pays. Des informations provenant d'organisations non gouvernementales indiquent qu'entre 700 et 850 personnes ont été tuées depuis le début des protestations le 15 mars dernier et des milliers d'autres ont été arrêtés », a fait savoir vendredi le porte-parole du Haut commissariat aux droits de l'homme, Rupert Colville, dans un communiqué.

« Nous ne pouvons pas vérifier ces chiffres, mais nous pensons qu'ils sont proches de la réalité. Ces informations sont extrêmement inquiétantes et nous exhortons le gouvernement à faire preuve de retenue », a-t-il ajouté en précisant que d'inquiétantes informations avaient été reçues sur le bombardement mercredi du quartier de Bab Amr dans la ville de Homs.

Sur l'envoi d'une mission d'enquête en Syrie mandatée par le Conseil des droits de l'homme, le HCDH est entré en contact avec le gouvernement, « de manière orale à Genève et par écrit avec le gouvernement à Damas », a précisé M. Colville.

« Simultanément nous nous préparons à l'envoi de cette mission de haut niveau qui sera dirigée par la Haut commissaire adjoint aux droits de l'homme, Kyung-wha Kang, et qui devrait être prête à se déployer aussitôt que nous serons autorisés à partir. La mission prévoit de se rendre en Syrie et dans les pays voisins », a-t-il indiqué.

Mercredi, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a indiqué que les Nations Unies vont continuer d'insister pour que les autorités syriennes autorisent l'envoi d'équipes humanitaires dans les villes et villages où les forces de sécurité ont violement réprimé les manifestations, faisant de nombreux blessés et morts ces dernières semaines.

« J'exhorte une nouvelle fois le Président Bashar Al-Assad à tenir compte des appels du peuple à la réforme et à la liberté et de mettre un terme à l'usage excessif de la violence et aux arrestations de masse de manifestants pacifiques », a déclaré mercredi le Secrétaire général de l'ONU lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l'ONU appelle la Syrie à ouvrir un couloir humanitaire

Le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a indiqué mercredi que les Nations Unies vont continuer d'insister pour que les autorités syriennes autorisent l'envoi d'équipes humanitaires dans les villes et villages où les forces de sécurité ont violement réprimé les manifestations, faisant de nombreux blessés et morts ces dernières semaines.