UNESCO : des sites arménien et palestinien primés pour leur sauvegarde

UNESCO : des sites arménien et palestinien primés pour leur sauvegarde

media:entermedia_image:17d9ccd0-f245-4b4d-a3f6-d7c582122ff2
L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décerné jeudi, le Prix international Mélina Mercouri pour la sauvegarde et la gestion des paysages culturels au Musée culturel et historique « Réserve de Garni » en Arménie et au paysage culturel de Battir en Palestine. Le Prix sera remis lors d'une cérémonie qui se tiendra au siège de l'UNESCO à Paris le 24 mai.

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a décerné jeudi, le Prix international Mélina Mercouri pour la sauvegarde et la gestion des paysages culturels au Musée culturel et historique « Réserve de Garni » en Arménie et au paysage culturel de Battir en Palestine. Le Prix sera remis lors d'une cérémonie qui se tiendra au siège de l'UNESCO à Paris le 24 mai.

« En récompensant la gestion de Garni et Battir, l'UNESCO entend mettre en valeur la beauté et l'importance de ces sites, leurs valeurs réelles et symboliques, mais aussi aider à combattre les menaces qui pèsent sur leur préservation à long terme », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova. Les lauréats se verront remettre la somme de 15.000 dollars chacun.

Le Musée culturel et historique « Réserve de Garni » est un site de 5,1 hectares sur le plateau volcanique arménien du Caucase où se trouvent une série de vestiges et de bâtiments historiques datant de l'âge de bronze jusqu'aux débuts du christianisme. Le site doit sa récompense aux mesures prises pour préserver ces vestiges culturels et aux efforts visant à ouvrir le site aux visiteurs nationaux et étrangers, le tout avec un effort de développement local économique et social.

Le paysage culturel de Battir –le village de Battir et ses environs sont en territoire palestinien occupé- est l'aboutissement de 4.000 ans de culture en terrasses de la vigne et de l'olivier. Ce paysage est constitué de terrasses mais aussi des canaux d'irrigation, des tours de guet et d'autres bâtiments de pierre sèche. Le site est récompensé pour sa grande valeur esthétique et symbolique. Le jury a notamment mis l'accent sur l'action entreprise pour maintenir l'utilisation agricole traditionnelle du paysage, en coopération avec les fermiers locaux.

Le jury du Prix international Mélina Mercouri pour la sauvegarde et la gestion des paysages culturels a également décidé d'accorder une mention spéciale au paysage de Wadi Hanifa, autour de la ville de Riyad en Arabie Saoudite.

Remis tous les deux ans, le Prix Mélina Mercouri entend récompenser des actions exemplaires de sauvegarde et de mise en valeur des grands paysages culturels du monde.