Ban Ki-moon déplore le regain de tensions en Egypte et en Tunisie

Ban Ki-moon déplore le regain de tensions en Egypte et en Tunisie

Des Egyptiens manifestant au Caire en janvier 2011 contre le régime de l'ancien Président Hosni Moubarak.
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déploré les violences récentes en Egypte et en Tunisie exhortant les autorités du pays et les peuples à ne pas gâcher l'opportunité créée par les révolutions démocratiques en Afrique du Nord.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déploré les violences récentes en Egypte et en Tunisie exhortant les autorités du pays et les peuples à ne pas gâcher l'opportunité créée par les révolutions démocratiques en Afrique du Nord.

Au moins 12 personnes ont été tuées au cours du week-end dernier au Caire, la capitale égyptienne, lors d'affrontements entre Musulmans et Coptes chrétiens, alors qu'en Tunisie, des violences ont éclaté dans de nouvelles manifestations qui se sont soldées par l'imposition d'un couvre-feu.

S'adressant à la presse à Genève, en Suisse, le chef de l'ONU a décrit ces révolutions « comme l'une des plus grandes opportunités pour le progrès de la démocratie et des droits de l'homme sur une génération ».

« Ces opportunités sont précieuses et en même temps fragile », a-t-il dit en soulignant que ces opportunités doivent être saisies « avec précaution par le peuple ».

« Après une démonstration d'unité nationale qui a permis une transition pacifique du pouvoir, il est maintenant critique pour le peuple égyptien de maintenir l'unité et de réaliser les aspirations du peuple », a insisté le Secrétaire général devant les journalistes.

Sur la situation en Tunisie, il a appelé « toutes les parties à résoudre leurs différends grâce à un dialogue pacifique et de s'en remettre aux institutions existantes qui ont été créées par le gouvernement de transition ».

Le chef de l'ONU a exhorté les autorités des deux pays à « honorer la responsabilité et l'espoir qu'ils ont suscité. Les peuples sont descendus dans la rue pour demander la transparence la démocratie, les droits de l'homme et de meilleures perspectives d'avenir? Leurs dirigeants doivent travailler pour réaliser ces demandes ».

Enfin, il a réaffirmé la volonté des Nations Unies de se tenir aux côtés de ces pays pour les assister dans leur transition.