L'Asie Pacifique reste le moteur de la croissance mondiale en 2011

5 mai 2011
Des ouvriers assemblent des biens électroniques en Indonésie.

Les pays en développement de la région Asie-Pacifique vont continuer de tirer la croissance mondiale en 2011 estime le rapport annuel de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) publié jeudi.

Cependant, cette croissance sera notamment ralentie par l'augmentation des prix des denrées alimentaires et de l'essence ainsi que l'impact des catastrophes naturelles, prévient la Commission.

« La région Asie-Pacifique est sortie de la crise financière internationale comme un moteur de croissance et une ancre de stabilité pour l'économie internationale », a déclaré la Secrétaire exécutive de la CESAP, Noeleen Heyzer.

Intitulée « Etude sur la situation économique et sociale de l'Asie et du Pacifique 2011 », le rapport prévoit que le taux de croissance économique attendu de 7,3% -contre 8,8 % en 2010- pourrait être revu à la baisse. En cause, l'augmentation des prix de la nourriture et de l'essence, la faible reprise économique des pays riches, l'afflux de capitaux volatiles et le contrecoup de catastrophes naturelles telles que le tsunami japonais, expliquent les experts de la CESAP.

« Le défi à relever immédiatement est de contenir l'augmentation des prix des denrées alimentaires, qui risque de freiner le processus de réduction de la pauvreté », a précisé Noeleen Heyzer.

Sous l'effet de cette augmentation et de celle du prix de l'essence, la Commission estime que 42 millions de personnes pourraient se retrouver en situation de pauvreté, venant s'ajouter aux 19 millions déjà affectées.

Le rapport de la CESAP invite aussi les pays du G20 à prendre des mesures afin de limiter la volatilité des prix. Il recommande également au G20 de négocier un prix de référence « juste » du baril de brut avec l'Organisation des pays exportateur de pétrole (OPEP).

Rappelant que plus de 950 millions de personnes vivent avec moins de 1,25 dollars par jour, la CESAP estime que les pays de la région Asie-Pacifique doivent améliorer la qualité de leur marché du travail, élargir les programmes de sécurité sociale et promouvoir l'agriculture et le développement rural, afin que les revenus augmentent.

L'étude montre également que le potentiel du commerce et des échanges à l'intérieur de la région n'est pas pleinement exploité. Les experts de l'ONU insistent sur la nécessité de renforcer l'intégration régionale pour ensuite créer de nouveaux liens commerciaux interrégionaux. Pour y parvenir, la CESAP recommande d'améliorer les transports, les technologies de communication ou encore la coopération énergétique et financière. Ainsi, les pays les moins développés pourraient bénéficier du dynamisme de la région, tirée par la Chine et l'Inde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.