Le PNUD encourage le Timor-Leste à développer l'économie non pétrolière

3 mai 2011

Les revenus tirés de l'exploitation pétrolière doivent être utilisés efficacement pour promouvoir le développement durable des secteurs non-pétroliers de l'économie et réduire les disparités entre les populations urbaines et rurales, estime le Rapport 2011 sur le développement humain au Timor-Leste présenté mardi par le Président timorais Jose Ramos-Horta et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Les revenus tirés de l'exploitation pétrolière doivent être utilisés efficacement pour promouvoir le développement durable des secteurs non-pétroliers de l'économie et réduire les disparités entre les populations urbaines et rurales, estime le Rapport 2011 sur le développement humain au Timor-Leste présenté mardi par le Président timorais Jose Ramos-Horta et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Le rapport, intitulé « Gestion des ressources naturelles pour le développement humain : développer l'économie hors pétrole pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) », présente les réalisations du pays et propose des stratégies pour le développement dans les années à venir.

Le rapport conclut que la pauvreté a considérablement diminué depuis 2007. Cependant, environ 41% de la population rurale continue de vivre dans la pauvreté. Sur l'échelle du développement humain, le Timor-Leste se classe à la 120ème place sur 169 pays dans le Rapport mondial 2010 sur le développement humain. Cela constitue une progression de 11 places depuis 2005.

Entre 2005 et 2010, l'espérance de vie du Timor-Leste à la naissance a augmenté de plus de deux ans. Le revenu national brut par habitant au Timor Leste a augmenté de 228% pendant la même période.

Le rapport reconnaît que l'impact économique et social de la crise de 2006 dans le pays a été sévère. Malgré cela, le Timor-Leste a réussi à se relever et à atteindre des taux élevés de croissance, principalement en raison de la hausse des prix du pétrole et de l'accroissement des dépenses publiques.

Le défi pour le Timor-Leste dans les années à venir sera de savoir comment mieux utiliser les recettes provenant de son Fonds pétrolier et promouvoir le développement de l'économie non pétrolière.

Le secteur agricole fournit un moyen de subsistance pour environ 70% de la population du Timor-Leste. « Améliorer les moyens de subsistance dans le secteur rural nécessite des améliorations durables dans un certain nombre de domaines stratégiques clés, notamment la productivité agricole, la promotion de la diversification des cultures, le développement de la transformation des produits agricoles et de leur commercialisation, en particulier les produits qui ont un potentiel à l'exportation », note le rapport.

Le document estime que d'autres industries rurales sont propices au développement. L'industrie de la pêche, par exemple, pourrait être élargie en investissant davantage dans les bateaux, les fabriques de glace et le transport.

L'écotourisme a également un potentiel économique. Timor-Leste a un certain nombre de sites côtiers et intérieurs qui sont idéaux pour le développement des villages touristiques respectueux de l'environnement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon salue le transfert de responsabilités à la police du Timor-Leste

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué lundi le transfert de responsabilités des services de police de la Mission intégrée des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT) à la Police nationale du Timor-Leste (PNTL). Désormais, la PNLT est responsable de la police dans tout le Timor-Leste.