L'UNESCO déplore la mort d'un directeur d'agence de presse en Bolivie

29 avril 2011

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré vendredi la mort du directeur d'une agence de presse bolivienne, David Niño de Guzmán, et a demandé à ce qu'une enquête soit diligentée.

« Je compte sur les autorités boliviennes pour mener une enquête approfondie sur la mort brutale de David Niño de Guzmán », a déclaré Irina Bokova. « En tirant au clair les circonstances et en punissant les responsables, on adresse un signal fort indiquant que la liberté d'expression est un droit inviolable et que l'existence de médias indépendants et pluralistes est vitale pour nourrir un débat public éclairé ».

Niño de Guzmán, 42 ans, avait rejoint en 2006 l'Agencia de Noticias Fides comme journaliste et en était devenu le directeur de l'information en mars 2010.

Le journaliste a été retrouvé mort le 21 avril à Restamanis, une banlieue de La Paz, deux jours après sa disparition. Il a été tué par un engin explosif d'après le Comité pour la protection des journalistes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En Bolivie, Pillay appelle les autorités à renforcer la protection des droits humains

En visite en Bolivie, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé cette semaine les autorités à entreprendre des réformes politiques, institutionnelles et judiciaires pour mettre un terme à la discrimination et l'exclusion des populations autochtones et d'autres groupes vulnérables.