HCR : les réfugiés somaliens toujours plus nombreux dans la Corne de l'Afrique

29 avril 2011

Le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a exprimé vendredi sa vive inquiétude sur la dégradation constante de la situation en Somalie, contraignant un nombre toujours plus important de Somaliens à fuir. Le nombre de réfugiés somaliens arrivés dans les pays voisins au cours du premier trimestre de cette année a plus que doublé par rapport à la même période de 2010.

Entre janvier et mars de cette année, environ 50.000 nouveaux réfugiés somaliens ont été enregistrés dans les pays voisins (Kenya, Ethiopie et Yémen). Par comparaison, près de 23.000 personnes avaient fui au cours de ce même trimestre l'année dernière.

« C'est encore le Kenya qui a accueilli le plus grand nombre d'arrivants, plus de 31.400. Ils ont presque tous été enregistrés par les autorités kenyanes et le HCR dans le camp de Dadaab – environ 10.000 par mois », a déclaré vendredi une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« En Ethiopie, nous observons également une forte augmentation d'arrivants somaliens. Nous avons enregistré plus de 12.200 Somaliens venant essentiellement du couloir de Dolo Ado. Le HCR y gère deux camps de réfugiés qui vont atteindre bientôt leur capacité d'accueil maximale », a-t-elle précisé.

La plupart de ces réfugiés sont originaires des régions de Bay et de Bakol au sud et au centre de la Somalie qui sont deux des principales zones de conflit dans le pays. Selon le HCR, les arrivants témoignent d'une situation délétère à l'intérieur du pays, caractérisée par un déchaînement de violences et de violations des droits humains.

« Les réfugiés somaliens ont informé nos équipes d'un enrôlement forcé de la part de certaines parties au conflit ainsi que d'une sécheresse dramatique », a déploré Melissa Fleming en soulignant que cette situation tragique en Somalie « ne laisse guère d'autre option pour beaucoup de personnes, que celle de tenter la traversée du golfe d'Aden ou de la mer Rouge ».

Malgré la dégradation de la situation au Yémen, plus de 22.000 réfugiés et migrants en provenance de la Corne de l'Afrique sont arrivés sur les côtes yéménites au cours du premier trimestre de 2011.

Ce chiffre représente plus du double des arrivées enregistrées au cours du premier trimestre de 2010, soit 9.400 personnes et dépasse le chiffre record du début de 2009 lorsque 17.000 réfugiés et migrants ont traversé le golfe d'Aden et la mer Rouge.

Comme en 2010, la population somalienne ne représente qu'un quart des arrivées au Yémen, bien que leur nombre ait doublé par rapport au premier trimestre de 2010 (passant de 3.200 en 2010 à 6.000 en 2011). Les migrants éthiopiens, dont le nombre a pratiquement triplé (17.000 en 2011) représente toujours 75% du nombre total des personnes ayant effectué la traversée.

« Certains des nouveaux arrivants nous ont dit qu'ils n'étaient pas au courant du soulèvement politique et social au Yémen. Pour ces réfugiés somaliens, la situation au Yémen est plus sûre que celle qui prévaut chez eux », a indiqué la porte-parole du HCR.

La Somalie est l'un des pays générant le plus grand nombre de réfugiés et de déplacés internes dans le monde. Environ 1,4 million de Somaliens sont déplacés dans le pays, alors que 680.000 Somaliens sont réfugiés dans les pays voisins.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Golfe d'Aden : naufrage de deux bateaux transportant des réfugiés

Seize personnes se sont noyées et cinq autres sont portées disparues suite à deux naufrages qui se sont déroulés cette semaine dans le golfe d'Aden. Presque toutes les victimes sont des Somaliens fuyant les violences et les abus de droits humains dans leur pays natal, a indiqué vendredi le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).