Maroc : l'ONU condamne un attentat meurtrier à Marrakech

29 avril 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont condamné l'attentat qui a eu lieu jeudi 28 avril à Marrakech, au Maroc, et a tué plusieurs personnes, dont des étrangers.

Le Secrétaire général est « choqué » par cet attentat, a dit son porte-parole dans une déclaration publiée mercredi soir à New York. « Il réitère son rejet de l'utilisation de la violence aveugle contre des civils innocents et maintient qu'aucun objectif politique ne justifie ou n'est servi par ce genre d'actes odieux », a-t-il ajouté.

Les membres du Conseil de sécurité ont également « condamné dans les termes les plus formes l'attaque terroriste qui s'est produite à Marrakech », dans une déclaration à la presse de la Présidence du Conseil publiée mercredi soir.

« Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme dans toutes ses formes et manifestations constitue une des menaces les plus sérieuses à la paix et à la sécurité internationale », ajoute la déclaration.

Le Secrétaire général et le Conseil de sécurité ont présenté leurs profondes sympathies et leur solidarité aux gouvernements et aux peuples du Maroc et des autres pays dont des citoyens font partie des victimes.

Selon la presse, seize personnes au moins ont été tuées, et vingt-trois blessées, jeudi dans cet attentat à l'explosif qui a ravagé un café de Marrakech, vraisemblablement provoqué par des bonbonnes de gaz qui ont pris feu. Six Français seraient morts dans l'attentat.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Maroc, l'épouse de Ban Ki Moon visite un projet de l'UNICEF à Marrakech

L'épouse du Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a visité ce week-end à Marrakech le centre de la Ligue marocaine de protection de l'enfance (LMPE) dédié aux enfants abandonnés. Le projet est appuyé par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et vise à lutter contre ce phénomène.