L'ONU appelle à des mesures audacieuses pour résoudre le conflit israélo-palestinien

A Ramallah, en Cisjordanie, le mur séparant Israéliens et Palestiniens.
IRIN/Shabtai Gold
A Ramallah, en Cisjordanie, le mur séparant Israéliens et Palestiniens.

L'ONU appelle à des mesures audacieuses pour résoudre le conflit israélo-palestinien

L'impasse dans laquelle se trouvent les négociations israélo-palestiniennes préoccupe les Nations Unies en raison des progrès effectués par l'Autorité palestinienne pour construire les institutions d'un futur Etat et de l'évolution de la situation au niveau régional, a déclaré jeudi le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, devant le Conseil de sécurité.

Des mesures audacieuses et décisives sont nécessaires pour résoudre ce conflit qui dure depuis des décennies, a-t-il dit, précisant que toutes les parties concernées devaient faire preuve de vision, de leadership et de responsabilité. Il est également important d'éviter tout acte de violence qui pourrait saper les efforts politiques, et il est nécessaire que les parties s'abstiennent de toute provocation sur le terrain, a-t-il ajouté.

Dans le rapport qu'il a présenté à la réunion du Comité spécial de liaison pour la coordination de l'assistance internationale aux Palestiniens le 13 avril à Bruxelles, l'ONU note que les fonctions gouvernementales de l'Autorité palestinienne sont désormais suffisantes pour un État viable, et ce, en matière de gouvernance, d'état de droit et de droits de l'homme, de moyens de subsistance et de secteurs productifs, d'éducation et de culture, de santé, de protection sociale, d'infrastructures et d'eau.

Selon M. Pascoe, le mois écoulé a connu les niveaux de violence les plus élevés à Gaza et en Israël depuis l'opération israélienne « Plomb durci » il y a plus de deux ans. Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné fermement les tirs de roquettes effectués à partir de Gaza et a appelé à leur cessation. Il a réitéré également les appels lancés à Israël pour qu'il fasse preuve d'un maximum de retenue.

Le Secrétaire général adjoint a aussi mis l'accent sur la nécessité de progresser vers la levée par Israël du bouclage de Gaza, conformément à la résolution 1860 (2009) du Conseil de sécurité. Il s'est par ailleurs déclaré préoccupé par la poursuite des activités israéliennes d'implantation de colonies et de démolition de structures palestiniennes en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Ces activités sont contraires au droit international et bloquent le retour des Palestiniens à la table des négociations directes, a-t-il dit, appelant Israël à respecter le droit international humanitaire.

La communauté internationale est, selon M. Pascoe, directement concernée par l'impasse qui se prolonge dans le processus de paix israélo-palestinien. Il a mis l'accent sur la nécessité d'appuyer et d'autonomiser l'autorité du Président Abbas et du Premier Ministre Salam Fayyad, et de ramener les parties à la table des négociations.

En dépit des efforts accomplis par l'Autorité palestinienne, le renforcement institutionnel de l'État a atteint ses limites, compte tenu de la marge de manœuvre politique et physique actuellement disponible. Des mesures d'ampleur devraient être prises par Israël, au lieu de prendre des mesures progressives, pour aboutir à des progrès sur le terrain, a déclaré M. Pascoe, appelant à mettre fin aux mesures d'occupation.

Parallèlement, la reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes sur les questions concernant le statut final est urgente, a ajouté le Secrétaire général adjoint. La communauté internationale doit prendre toute sa part en aidant les parties à aller de l'avant, a-t-il dit.

S'agissant de la situation au Liban, trois mois pratiquement après sa nomination comme Premier Ministre par le Président Michel Sleiman, les consultations entreprises par Najib Mikati n'ont pas permis pour l'instant d'aboutir à la formation d'un nouveau gouvernement, a indiqué M. Pascoe.

Il a également fait état d'incidents sécuritaires, comme, le 27 mars, l'explosion d'une bombe dans une église de Zahlé, dans l'est du pays, qui a causé des dégâts matériels mais fort heureusement aucune victime. Cet attentat n'a pas été revendiqué. Il a eu lieu quatre jours après l'enlèvement de sept Estoniens sur une route près de Zahlé, dans une région proche de la frontière avec la Syrie, a expliqué M. Pascoe. En dépit de plusieurs arrestations, les motivations des kidnappeurs et le sort des otages restent inconnus.