Bahreïn : l'UNESCO réclame une enquête sur les décès en détention de journalistes

Bahreïn : l'UNESCO réclame une enquête sur les décès en détention de journalistes

Des manifestants à Bahreïn.
La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a réclamé jeudi une enquête sur les décès de Karim Fakhrawi, co-fondateur du seul journal indépendant du pays Al-Wasat, et du journaliste en ligne Zakariya Rashid Hassan, qui sont tous les deux morts en prison à Bahreïn en avril.

Karim Fakhrawi, 49 ans, était membre du conseil d'administration d'Al-Wasat, qu'il a cofondé en 2002. Il est décédé en détention le 12 avril, une semaine après avoir été arrêté.

Reporters sans frontières (RSF) cite les autorités affirmant que Karim Fakhrawi est mort d'une insuffisance rénale, même si cela a été contesté par sa famille, qui prétend qu'il était en bonne santé au moment de son arrestation.

RSF signale également que Zakariya Rashid Hassan est mort en détention le 9 avril. Il avait été arrêté sept jours plus tôt. Il aurait été accusé d'incitation à la haine, de diffusion de fausses nouvelles, de promotion du sectarisme et d'appel à renverser le régime. Zakariya Rashid Hassan animait un forum de discussions désormais fermé. Sa famille aurait rejeté l'affirmation officielle selon laquelle il serait mort des suites de complications liées à une anémie à hématies falciformes.

« Karim Rashid Fakhrawi et Zakariya Hassan ont défendu le développement de médias libres et pluralistes, dont l'UNESCO se fait également le champion, comme l'une des garanties pour une bonne gouvernance et le respect des droits de l'homme et du citoyen », a dit Mme Bokova dans un communiqué. « Les circonstances entourant leur mort sont en effet troublantes, et je demande instamment aux autorités de Bahreïn de mener une enquête approfondie sur ces incidents. »

L'UNESCO est l'agence des Nations Unies ayant pour mandat de défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse.