L'ONU salue le rôle de la société civile dans la lutte contre le VIH/Sida

L'ONU salue le rôle de la société civile dans la lutte contre le VIH/Sida

media:entermedia_image:250a423b-e8c9-41c7-b128-8a569c7898ff
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Joseph Deiss, ont salué vendredi le rôle essentiel joué par les acteurs non gouvernementaux dans la lutte contre le VIH/Sida, à l'occasion d'une concertation informelle avec la société civile sur le combat contre cette épidémie.

« L'engagement de la société civile et du secteur privé est indispensable pour tenir les gouvernements responsables, pour veiller à ce que la riposte au Sida respecte les droits de l'homme, et pour plaider en faveur de la création d'environnements juridiques et sociaux qui protègent les personnes contre l'infection et soutiennent la justice sociale », a déclaré Joseph Deiss, à l'ouverture de cette réunion au siège de l'ONU à New York.

Cette concertation informelle avec la société civile, dont les participants comprenaient des personnes vivant avec le VIH, s'inscrit dans le cadre du processus préparatoire à la Réunion de haut niveau sur le VIH/Sida, qui sera organisée par l'Assemblée générale du 8 au 10 juin à New York.

Le Président de l'Assemblée générale a estimé que la riposte au Sida devait inclure, à tous les niveaux, des personnes affectées par le VIH. « Leur point de vue et leur expériences sont uniques et sont une source de connaissances et d'informations, » a-t-il dit, notant en particulier que la participation de la société civile aujourd'hui devrait contribuer à stimuler les efforts pour surmonter la stigmatisation et la discrimination.

Prenant aussi la parole lors de cette réunion, le Secrétaire général Ban Ki-moon a remercié la société civile pour son énergie et son activisme, qui contribuent à prévenir la propagation du VIH en aidant des millions de personnes à accéder aux traitements.

« Même si vous n'êtes pas au gouvernement, vous savez tous que les gouvernements ont la responsabilité de répondre à cette épidémie avec compassion et action », a-t-il dit.

Dans un rapport publié le mois dernier dans la perspective de la réunion de juin, Ban Ki-moon a exhorté les dirigeants mondiaux à prendre des décisions audacieuses pour lutter contre l'épidémie de Sida, avertissant que les gains récents, bien que louables, sont fragiles.

« Mon rapport ne se contente pas de faire le point », a-t-il déclaré. « C'est un appel à l'action. Cette année est un moment de vérité dans la riposte mondiale au Sida ». Il a noté que même s'il y avait eu des gains extraordinaires ces dernières années, le financement plafonnait et le VIH continuait de se propager.

Son rapport énonce un certain nombre d'objectifs spécifiques : réduire de moitié de transmission du VIH par voies sexuelles, fournir un traitement à 13 millions de personnes, arriver à zéro transmission de la mère à l'enfant, et mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination.

Alors que les gouvernements s'emploient à résoudre ces problèmes, la collaboration constructive de la société civile peut stimuler ces efforts, a-t-il souligné. « C'est pourquoi j'ai besoin de vous », a déclaré le Secrétaire général.