Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à épargner les civils et encourage Gbagbo à partir

31 mars 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté jeudi les parties au conflit en Côte d'Ivoire à épargner les populations civiles et a de nouveau appelé l'ancien Président Laurent Gbagbo à céder le pouvoir au Président Alassane Ouattara, vainqueur du scrutin présidentiel de novembre 2010.

Le Chef de l'ONU « suit de près l'évolution rapide de la situation en Côte d'Ivoire et est préoccupé par la recrudescence de violence », a dit son porte-parole dans un communiqué. Il exhorte les parties « à faire preuve de la plus grande retenue, à s'abstenir de toute acte de vengeance et à placer les intérêts de la nation au-dessus de toute autre considération. »

"Il exhorte toutes les parties à respecter leurs obligations à ne pas porter atteinte à la population civile. Il est essentiel que toutes les parties coopèrent avec l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire dans le cadre de son mandat de protection des civils », a-t-il souligné.

Selon la presse, les forces militaires fidèles au Président Alassane Ouattara sont sur le point d'entrer à Abidjan, la capitale économique du pays après avoir pris le contrôle mercredi de Yamoussoukro, la capitale administrative du pays. L'ancien Président Laurent Gbagbo refuse de quitter le pouvoir malgré la victoire d'Alassane Ouattara au second tour de l'élection présidentielle.

Ban Ki-moon a demandé à Laurent Gbagbo de « céder immédiatement le pouvoir au Président Ouattara afin de permettre le transfert des institutions de l'Etat aux autorités légitimes ».

Le Secrétaire général rappelle que les responsables qui incitent, orchestrent ou commettent des violations des droits de l'homme devront rendre des comptes. Il a également exprimé son inquiétude sur la situation humanitaire en Côte d'Ivoire et au Libéria.

Il a appelé les parties « à permettre l'accès immédiat aux populations dans le besoin » et la communauté internationale « à contribuer généreusement aux ressources requises pour faire face à cette crise ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire, YJ Choi, est en contact avec toutes les parties, a indiqué jeudi à Abidjan, son porte-parole Hamadoun Touré.

« L'objectif est de trouver des solutions rapides au drame humanitaire, d'une part, et de l'autre, souligner la nécessité d'éviter des exactions contre les civils et surtout l'utilisation d'armes lourdes contre elles », a expliqué M. Touré au cours d'un point de presse.

« La semaine dernière, 950 patrouilles terrestres, mixtes et aériennes dont 115 dans la ville d'Abidjan ont été menées. Grâce à ces activités, L'ONUCI a pu secourir quelques ressortissants étrangers et des Ivoiriens pendant les combats dans les différents théâtres d'opérations », a souligné M. Touré.

« L'ONUCI a documenté 32 nouveaux cas de personnes tuées, dont 1 femme et 2 enfants, ainsi que 2 éléments des Forces de défense et de sécurité (loyales à Laurent Gbagbo), ce qui porte à 494, le nombre de personnes tuées dans le cadre des violences postélectorales depuis la mi-décembre 2010 », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : le clan Gbagbo visé par des sanctions de l'ONU

Dans une résolution adoptée mercredi à l'unanimité, le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé d'appliquer des sanctions ciblées à l'encontre de cinq personnes considérées comme faisant « obstacle à la paix et à la réconciliation en Côte d'Ivoire ». Parmi ces cinq personnes figurent le président sortant Laurent Gbagbo et son épouse Simone Gbagbo.