L'ONUDC aide le Somaliland à lutter contre la piraterie

L'ONUDC aide le Somaliland à lutter contre la piraterie

Le tribunal à Berbera, au Somaliland.
En visite au Somaliland, le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, a exprimé l'engagement de l'agence onusienne à renforcer les capacités des autorités à lutter contre la piraterie.

« Il est essentiel dans la lutte contre la piraterie de garantir que les capacités judicaires soient prêtes. L'ONUDC travaille avec les autorités du Somaliland dans le processus de réforme judicaire afin que la réponse à ce fléau qui touche à la fois le commerce maritime et le développement local soit renforcée », a déclaré Yury Fedotov.

Le chef de l'ONUDC a rencontré le président du Somaliland, Ahmed Mohamed Moahamoud, et le Ministre de la justice, Ismail Muumin, afin de discuter de la lutte contre la piraterie en Afrique de l'Est. Il a ensuite visité la prison de Hargeisa qui vient d'être réhabilitée.

La prison qui a officiellement été mise en service en novembre 2010, fait partie du plan de lutte contre la piraterie de l'ONUDC et constitue le premier bâtiment pénitencier en fonction depuis 50 ans au Somaliland. Avec environ 350 personnes suspectées ou condamnées pour piraterie, ce type de projet s'avère essentiel pour le Somaliland et le Puntland car les accusés et les condamnés peuvent y être emprisonnés.

Alors qu'entre 2000 et 2007, une moyenne de 26 actes de pirateries était perpétrée chaque année aux larges des côtes de Somalie, le nombre d'attaques a quadruplé pour atteindre le nombre de 400 attaques en 2009 et 2010 aux larges des côtes somaliennes, dans le golfe d'Aden ainsi qu'en Mer Rouge et dans l'Océan Indien. Pour la seule année 2010, environ 790 membres d'équipages ont été pris en otage.

« Le changement d'approche de la part des autorités notamment par le renforcement des capacités d'incarcération est vital. Cette réforme carcérale va permettre aux autorités sur le long terme de mettre un coup d'arrêt à la piraterie, et l'ONUDC est heureux de faire partie de ce processus », a conclu Yury Fedotov.