Guinée : l'ONU soutient la réforme du secteur de la sécurité

Guinée : l'ONU soutient la réforme du secteur de la sécurité

Des Guinéens lors de la campagne pour le scrutin présidentiel du 27 juin 2010.
Le Représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Said Djinnit, a salué mardi le lancement du processus de réforme du secteur de la sécurité en Guinée alors que se déroule à Conakry, du 28 au 31 mars, un séminaire national sur le sujet, sous l'égide du Président guinéen Alpha Condé.

Said Djinnit a réitéré la volonté des Nations Unies « d'accompagner la réforme du secteur de la sécurité en Guinée et à travailler très étroitement avec le gouvernement et les autres partenaires pour assurer son plein succès ».

« Les Nations Unies soutiennent la Guinée nouvelle dans ses autres efforts de réforme et de redressement institutionnel et économique pour faire face aux aspirations légitimes de son peuple au changement et au bien-être », a-t-il ajouté.

Le séminaire a pour objectifs de jeter les bases de la réforme et d'adopter une feuille de route pour guider le processus et ses acteurs. Celle-ci devrait inclure un plan d'action national détaillant les actions concrètes à entreprendre à court et à long terme dans ce domaine.

Les discussions se baseront sur les conclusions du diagnostic commun établi par la mission conjointe d'évaluation du secteur de la sécurité en Guinée conduite en 2010 par une équipe d'experts de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union Africaine (UA) et l'ONU, sous la direction du Général Lamine Cissé.

Le rapport d'évaluation avait été officiellement remis au Général Sékouba Konaté, Président par intérim de la République de Guinée, le 4 mai 2010. L'Union Européenne, les Etats-Unis et l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) y avaient été également associés.

S'articulant autour de plusieurs axes, le séminaire entend, entre autres, « remobiliser l'ensemble des acteurs et engager résolument le processus de réforme » et « identifier l'architecture institutionnelle et les contours de la future armée guinéenne, ainsi que le principe et mécanismes du contrôle civil sur les forces armées ».

L'importance de la réforme du secteur de la sécurité et son rôle dans la restauration de la démocratie qui ont été largement reconnus depuis le début de la transition, ont à nouveau été soulignés au cours de la séance d'ouverture.