Sud-Soudan : les enfants doivent être au coeur des politiques, plaide l'UNICEF

Sud-Soudan : les enfants doivent être au coeur des politiques, plaide l'UNICEF

Elèves soudanais étudiant sous un arbre au Sud-Soudan.
Trois mois après le référendum réussi sur l'autodétermination du Sud-Soudan, la Directrice exécutive adjointe du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Hilde F. Johnson, s'est rendue sur place afin de saisir la fenêtre d'opportunité que constitue la période de transition pour placer la santé, l'éducation et la protection des enfants au cœur des politiques publiques et des décisions du gouvernement sud-soudanais.

« Je suis encouragée de voir les progrès effectués pour les enfants qui représentent le futur du Sud-Soudan », a déclaré Hilde F. Johnson après une visite de quatre jours au Sud-Soudan. « La période de transition du Sud-Soudan constitue une opportunité unique pour mettre les enfants au centre des politiques et des décisions ainsi que pour consolider les progrès ».

Mme Johnson est arrivée le 18 mars au Soudan où elle a d'abord visité les zones du Darfour et d'Abyei avant de descendre vers le Sud-Soudan le 23 mars.

Elle a rencontré le Président du Sud-Soudan ainsi que des membres du gouvernement auprès de qui elle plaidé en faveur d'une meilleure prise en compte des problèmes relatifs aux enfants. Au Sud-Soudan, un enfant sur sept meurt avant son cinquième anniversaire, seulement 10% des enfants bénéficient de tous les vaccins de base et moins de 50% des enfants sont scolarisés dans le cycle primaire.

« Le temps est venu de remplir nos engagements pour les enfants du Sud-Soudan. La clé de leur future dépend de nous », a souligné Mme Johnson. « Afin de permettre l'accélération des progrès pour les enfants, les Nations Unies et leurs partenaires, la communauté internationale et le gouvernement du Sud-Soudan doivent investir dans les structures et les ressources humaines ».

« La paix durable est la seule solution viable pour améliorer la qualité de vie et instaurer la prospérité pour le peuple sud-soudanais », a-t-elle conclu.