Le Surinam doit mieux prendre en compte les droits des autochtones - expert

17 mars 2011

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des populations autochtones, James Anaya, a appelé jeudi les autorités du Surinam à nouer de plus amples contacts avec les populations autochtones et les tribus du pays ainsi qu'à réitérer leur volonté de régler les problèmes relatifs à leurs terres et à leurs ressources.

« Je suis dans l'attente de continuer le dialogue avec le gouvernement et avec les populations autochtones et tribales du Surinam dans le but de déterminer les étapes nécessaires pour sécuriser les droits de propriété dans le respect des traités internationaux dont le Surinam est partie prenante », a déclaré jeudi James Anaya à l'issue d'une visite de trois jours dans les pays.

Cette visite survient alors que les autorités doivent mettre en œuvre la décision de la Cour interaméricaine des droits de l'homme sur l'affaire du peuple de Saramaka contre l'Etat du Surinam. Ce jugement de 2007 confère au peuple autochtone un droit de propriété et un droit de gestion des ressources de leurs terres.

« Je pense que cette visite était fructueuse et constitue une opportunité unique et importante pour le dialogue et la consultation des populations autochtones et tribales par le gouvernement du Surinam », a-t-il précisé.

L'expert a rencontré à Paramaribo, la capitale du pays, des membres du gouvernement notamment le Vice-président et les ministres du développement régional, de la justice et la police, des affaires étrangères, des ressources naturelles, des terres et de la planification, du travail et de l'environnement et des technologies.

James Anaya a aussi rencontré des représentants de la société civile autochtone tels que le clan de Matawai, la communauté de Paramakan ou encore le Bureau de Moiwana.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les peuples autochtones doivent être mieux protégés par les Etats

Les peuples autochtones continuent de souffrir « du racisme », « d'un manque de soins de santé » et « de la pauvreté », a déploré lundi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones.