Bahreïn : Ban Ki-moon inquiet de l'impasse politique

10 mars 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui continue de suivre de près la situation à Bahreïn, s'est déclaré jeudi préoccupé par l'impasse politique dans ce pays où les autorités sont confrontées à des manifestations depuis plusieurs semaines.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui continue de suivre de près la situation à Bahreïn, s'est déclaré jeudi préoccupé par l'impasse politique dans ce pays où les autorités sont confrontées à des manifestations depuis plusieurs semaines.

Le Secrétaire général « est préoccupé par l'apparente impasse concernant le lancement d'un dialogue national quelques semaines après que le Roi Hamad bin Isa Al-Khalifa a demandé au Prince héritier Salman bin Hamad Al-Khalifa d'engager un tel processus », a dit son porte-parole dans une déclaration.

« Le Secrétaire général estime que cette offre a créé une opportunité pour toutes les parties de s'intéresser à la réforme politique et constitutionnelle et de faciliter la réconciliation nationale », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon « appelle toutes les parties à Bahreïn à saisir le moment et à entamer un dialogue large, pacifique et significatif impliquant l'opposition politique et la société civile dans l'intérêt de tous les Bahreïnis ». « A cet égard, le Secrétaire général répète que les Nations Unies sont prêtes à fournir un soutien aux efforts menés au niveau national, si la demande en est faite », a encore dit son porte-parole.

Ban Ki-moon appelle aussi tous les pays voisins de Bahreïn et la communauté internationale en général à soutenir le processus de dialogue et un environnement favorable à des réformes crédibles à Bahreïn.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye, Bahreïn : Navi Pillay dénonce la violence utilisée par les forces de sécurité

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a condamné vendredi la violence utilisée par les forces de sécurité contre des manifestants en Libye et à Bahreïn, et plus généralement la réaction excessive de plusieurs gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord aux demandes légitimes de leurs populations.