L'ONU appelle la Libye à autoriser un accès pour l'aide humanitaire

L'ONU appelle la Libye à autoriser un accès pour l'aide humanitaire

Des milliers de personnes attendent de pouvoir franchir la frontière entre la Tunisie et la Libye au point de passage de Ras Adjir.
A l'issue d'une vidéo conférence jeudi entre le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et les représentants d'organisations régionales et d'agences des Nations Unies, tous les participants ont appelé la Libye à autoriser « immédiatement » et à « ne pas entraver » l'acheminement de l'aide humanitaire aux populations affectées par les violences.

« Tous les participants ont appelé conjointement les autorités libyennes à permettre un accès immédiat et sans entrave en Libye pour déterminer les besoins humanitaires et fournir une assistance à l'intérieur du pays, si celle-ci est nécessaire, y compris dans l'ouest », a fait savoir le porte-parole de Ban Ki-moon.

« Ils se sont mis d'accord pour renforcer leur coordination pour faire face à la situation humanitaire en Libye », a-t-il ajouté.

Ont participé à la vidéo conférence des représentants de la Ligue des Etats Arabes, de l'Organisation de la conférence islamique, de l'Organisation internationale des migrations (OIM), de l'Union européenne (UE), de l'Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE) ainsi que du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du Programme alimentaire mondial (PAM), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), du Départements des opérations de maintien de la paix des Nations Unies (DOMP) et du Département des affaires politiques des Nations Unies (DPA).

Ils ont noté que l'assistance humanitaire a été amplifiée de manière significative ces dernières 24 heures. Ils se sont accordés sur la priorité d'assister les personnes situées aux abords des frontières de la Tunisie et l'Egypte.

« Il y a un besoin urgent de nourriture, d'eau, d'assainissement et d'abris pour des milliers de personnes aux abords des frontières tunisienne et égyptienne en raison des grands mouvements de populations », a expliqué Ban Ki-moon.

Il a indiqué qu'il avait l'intention de nommer prochainement un Envoyé spécial. Il a insisté sur le fait que les changements politiques doivent être décidés au niveau local.

Selon les estimations du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), environ 86.200 personnes ont traversé la frontière tunisienne dont 45.115 Egyptiens, 3.730 Tunisiens et 37.355 personnes de différentes nationalités. Plus de 30.000 autres refugiés sont attendus, a indiqué le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR).

A la frontière égyptienne, OCHA estime que 78.086 personnes ont traversé la frontière dont 58.348 Egyptiens et 19.738 personnes de nationalités différentes.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a envoyé plus de 160 tonnes de matériel humanitaire afin d'assister environ 10.000 personnes à la frontière tunisienne et 25.000 à celle d'Egypte. L'OMS a pour sa part déployé une mission d'évaluation épidémiologique à la frontière entre la Libye et la Tunisie. Le HCR gère l'arrivée des réfugiés aux abords des deux frontières par l'établissement de camps.

En mission mercredi à la frontière tuniso-libyenne, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, a appelé à laisser passer l'aide. L'agence n'a pas pu décharger son cargo rempli de 1.000 tonnes de farine de blé à Benghazi en Libye pour des raisons de sécurité. Le bateau est actuellement positionné à Malte.