Ban Ki-moon et Barack Obama discutent de la Libye à Washington

28 février 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a eu des entretiens lundi avec le Président américain Barack Obama, avec qui il a notamment discuté de la situation en Libye après les sanctions adoptées ce week-end par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a eu des entretiens lundi avec le Président américain Barack Obama, avec qui il a notamment discuté de la situation en Libye après les sanctions adoptées ce week-end par le Conseil de sécurité de l'ONU.

“Nous avons convenu que la communauté internationale doit être ferme et unie pendant cette transition historique vers un Moyen-Orient plus démocratique, plus sûr et plus prospère », a dit le Secrétaire général à l'issue de sa rencontre avec M. Obama à la Maison Blanche.

Après ces entretiens, Ban Ki-moon s'est rendu au Musée de l'Holocauste à Washington.

« Il y a 70 ans, six millions de gens ont été assassinés à l'instigation d'un Etat. Ce musée commémore cette vérité choquante. Il nous appelle à nous souvenir et à agir. 'Jamais plus' », a dit le Secrétaire général dans une déclaration. « Une fois encore, nous sommes mis à l'épreuve. En Libye, un régime qui a perdu toute légitimité a déclaré la guerre contre son peuple. C'est à nous, la communauté des nations, de nous dresser contre ce crime ».

En réponse à une question après sa visite, M. Ban a estimé que le dirigeant libyen Mouammar Qadhafi avait perdu sa légitimité quand il a déclaré la guerre contre son peuple. "Je l'appelle à écouter l'appel de son peuple", a-t-il ajouté. "C'est mon message à son adresse."

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Libye : le Conseil de sécurité adopte des sanctions

Se disant gravement préoccupé par la situation en Libye et condamnant la violence et l'usage de la force contre des civils, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi des sanctions contre les autorités libyennes, incluant la saisine de la Cour pénale internationale, un embargo sur les armes, une interdiction de voyager et un gel des avoirs.