Côte d'Ivoire : l'ONUCI condamne des violences contre des casques bleus à Abidjan

27 février 2011

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a condamné énergiquement dimanche les violences perpétrées les 25 et 26 février 2011 contre ses casques bleus, au cours desquelles trois soldats de la paix ont été blessés et quatre véhicules ont été saccagés.

Les trois casques bleus ont été blessés dans une embuscade perpétrée samedi soir contre les militaires de l'ONUCI dans la commune d'Abobo par les forces armées du camp du Président sortant Laurent Gbagbo. Les soldats de la paix étaient en patrouille dans le cadre de la protection des civils, un élément principal du mandat de la mission, lorsqu'ils ont essuyé des tirs dans la zone PK-18. La patrouille a été contrainte de riposter, a souligné l'ONUCI dans un communiqué.

Et entre vendredi et samedi, des Jeunes Patriotes ont saccagé quatre véhicules de l'ONUCI à Abidjan.

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire note que cette nouvelle escalade de violence et d'attaques contre la mission et son personnel est alimentée par la propagande entreprise par le camp du Président Gbagbo, fondée sur des faits irréels.

L'ONUCI tient à rappeler que, selon les conventions internationales, toute attaque contre des casques bleus constitue un crime de guerre. Elle tient également à rappeler que les règles d'engagement des casques bleus permettent d'employer la force pour assurer la protection du personnel et du matériel de l'ONU, ainsi que la liberté de mouvement. "Ces règles seront strictement appliquées", a martelé la Mission des Nations Unies.

L'ONUCI a réitéré son appel au calme et a invité toutes les parties concernées à éviter tout recours à la violence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : Ban Ki-moon inquiet du risque de guerre civile

Alors que le HCR s'inquiète de l'arrivée de nouveaux réfugiés ivoiriens au Libéria et du nombre croissant de déplacés internes, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé vendredi « sa plus grave inquiétude face à la dégradation de la situation en Côte d'Ivoire, notamment les affrontements armés à Abidjan, et les combats à l'Ouest du pays entre des éléments des Forces nouvelles et des forces loyales à Laurent Gbagbo ».