Le Timor-Leste sur la bonne voie, selon la Représentante de l'ONU

22 février 2011
Ameerah Haq.

« La situation politique et sécuritaire continue d'être stable. Le transfert de responsabilité à la police nationale (PNTL) se poursuit, le taux de criminalité reste bas et ne reflète pas de violences liées au contexte politique, et il y a un désir général de paix, de stabilité et d'unité à tous les niveaux de la société », a indiqué mardi la Représentante spéciale de l'ONU au Timor-Leste, Ameerah Haq, qui présentait au Conseil de sécurité de l'ONU un état des lieux de la situation dans ce pays.

« S'il existe des différends entre la coalition gouvernementale et les partis d'opposition, comme c'est le cas dans n'importe quelle démocratie, ils continuent de se régler via les institutions et les procédures démocratiques institutionnalisées », a-t-elle poursuivi, avant d'estimer que tous les acteurs politiques, à tous les niveaux et sur tout l'échiquier politique, étaient « optimistes quant au maintien de cette paix jusqu'en 2012 – année des élections présidentielle et législative – et au-delà ».

« Je partage cette optimisme, les progrès peuvent être maintenus si tous les dirigeants politiques et l'opinion publique continuent d'agir de manière responsable et que la sécurité reste stable », a-t-elle déclaré devant les membres du conseil.

Selon Ameerah Haq, la population reste « préoccupée par les niveaux élevés de chômage et de pauvreté », même si elle garde « l'espoir que les efforts en faveur du développement socio-économique changent ces conditions ».

Evoquant le transfert de responsabilités de la police de la Mission des Nations Unies au Timor Leste (MINUT) à la PNTL, la Représentante spéciale s'est dite « confiante que ce processus puisse être finalisé dans les mois prochains ».

« Une fois que la PNTL aura repris ses responsabilités dans tous les districts, la responsabilité du commandement et du contrôle de toutes les opérations lui seront transmis », a-t-elle ajouté, rappelant les cinq priorités stratégiques définies pour renforcer la police timoraise en 2011-2012 : législation, entraînement, administration, discipline et opérations.

Devant le Conseil de sécurité, la Représentante spéciale a enfin estimé que le Timor-Leste était « entré dans une période qui permettra d'évaluer l'importance des avancées réalisées depuis 2006, en particulier dans le secteur de la sécurité avec le transfert du commandement à la PNTL ».

« Il y aura d'autres tests dans la perspective des élections de 2012. Les dirigeants de partis politiques devront continuer de régler leurs différends via les institutions démocratiques. L'accès à la justice devra être amélioré pour que toute la population puisse en bénéficier, notamment les communautés rurales et les femmes. Dans les circonstances actuelles, j'ai l'espoir que les défis restants puissent être atteints », a-t-elle conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.