Belarus : Navi Pillay préoccupée par la condamnation d'un opposant

Belarus : Navi Pillay préoccupée par la condamnation d'un opposant

Navi Pillay.
La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé lundi sa profonde inquiétude sur la peine prononcée contre Vasil Parfyankou, un membre de l'opposition au Belarus arrêté lors de manifestations en décembre dernier au moment de l'élection présidentielle.

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l''homme, Navi Pillay, a exprimé lundi sa profonde inquiétude sur la peine prononcée contre Vasil Parfyankou, un membre de l'opposition au Belarus arrêté lors de manifestations en décembre dernier au moment de l'élection présidentielle.

« La condamnation est particulièrement inquiétante étant donné qu'il est traduit en justice avec une douzaine d'autres militants de l'opposition pour avoir exercé son droit à la liberté de rassemblement pacifique et à la liberté d'expression », a déclaré lundi Navi Pillay dans un communiqué de presse.

Vasil Parfyankou a été arrêté le 19 décembre dernier alors qu'il protestait contre le résultat de l'élection présidentielle. Il a été jugé coupable de « désordre de masse » et condamné à quatre années de prison.

« La détention d'opposants politiques, le harcèlement de membres de la société civile et l'intimidation des médias indépendants sont de graves violations des droits de l'homme », a souligné la Haut commissaire.

Entre 30 et 40 personnes sont détenues depuis le 19 décembre 2010. Même si des figures proéminentes du journalisme et de l'opposition ont été libérées, d'autres sont toujours en détention et de nouvelles arrestations ont eu lieu en début d'année, a précisé le Haut commissariat aux droits de l'homme (HCDH).

Navi Pillay a affirmé que les conditions de détention préventive avant le procès ne correspondaient pas aux standards internationaux du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

« Nous avons aussi reçu des informations selon lesquelles les avocats qui défendent les détenus et les journalistes ont fait l'objet d'intimidation », a précisé la Haut commissaire en soulignant que le Ministre de la justice biélorusse avait annulé les permis d'au moins trois avocats défendant des dirigeants de l'opposition et des journalistes.

« Il incombe aux Etats de protéger les défenseurs des droits de l'homme, les journalistes et la société civile des menaces, des représailles et des pressions », a conclu Navi Pillay.

Elle a réitéré son appel à la libération des prisonniers politiques, notamment les candidats à l'élection présidentielle de décembre dernier.