L'UNESCO condamne des attaques contre des journalistes en Inde et au Viet Nam

Photo: UNESCO
UNESCO
Photo: UNESCO

L'UNESCO condamne des attaques contre des journalistes en Inde et au Viet Nam

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi le meurtre du journaliste indien Umesh Rajput, abattu le 23 janvier près de Raipur, dans l'Etat de Chhaattisgarh, et l'attaque mortelle qui a visé le 20 janvier le journaliste vietnamien Le Hoang Hung.

« Je condamne le meurtre d'Umesh Rajput. Les violences contre les journalistes représentent le pire des dangers pour la liberté d'expression, un droit fondamental qui sous-tend toutes les autres libertés civiques. Je demande aux autorités de l'Inde – un pays qui peut être fier de sa presse, active et indépendante - de tout faire pour élucider ce crime et traduire les coupables en justice », a déclaré Irina Bokova dans un communiqué de presse.

Selon la presse, Umesh Rajput était reporter au quotidien en hindi Nai Dunia. Il a été pris pour cible devant son domicile par deux hommes masqués. D'après sa famille, il avait reçu des menaces suite à un article publié deux semaines plus tôt.

Irina Bokova a également demandé que toute la lumière soit faite sur l'attaque qui a visé le 20 janvier le journaliste vietnamien Le Hoang Hung. Le reporter a succombé à ses blessures le 29 janvier dans un hôpital municipal d'Ho Chi Minh Ville.

« Je condamne la brutale attaque qui a causé la mort de Le Hoang Hung. La liberté d'expression est un élément clé de toute société démocratique, elle est vitale pour l'Etat de droit et doit être protégée. L'agression contre Le Hoang Hung doit être élucidée et son agresseur doit être traduit en justice », a dit Irina Bokova.

Le Hoang Hung, âgé de 50 ans, était reporter au journal Nguoi Lao Deng (Travailleurs). Le 20 janvier, un inconnu s'est introduit chez lui à Tan An, l'a aspergé de produits chimiques et brûlé vif. Très grièvement brûlé, Le Hoang Hung est resté plusieurs jours dans un état critique avant de succomber. D'après ses collègues, l'attaque pourrait être liée à son travail d'investigation.