Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage à Paris

Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage à Paris

Médicaments contrefaits vendus dans la rue à Ouagadougou (Burkina Faso).
Le commerce illicite de contrefaçon et le piratage de la propriété intellectuelle coûteraient plus de 3.000 milliards de dollars chaque année. Afin de trouver des solutions à ces pratiques, plus de 800 délégués représentant une centaine de pays sont réunis à Paris, en France, les 2 et 3 février pour le sixième Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage.

« Le sixième congrès mondial constitue pour les secteurs public et privé une occasion unique d'unir leurs efforts et de donner une impulsion, au niveau international, pour lutter contre la contrefaçon et le piratage », a déclaré le Directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry, à l'ouverture du Congrès dont le thème est la Promotion du respect de la propriété intellectuelle.

« Les travaux de l'OMPI en matière de promotion du respect de la propriété intellectuelle visent à faciliter l'établissement d'un dialogue constructif et équilibré dans le domaine des politiques internationales, portant sur les défis communs et les solutions novatrices à y apporter », a-t-il ajouté.

Egalement présent à l'ouverture du Congrès, le Secrétaire général d'Interpol, Ronald K. Noble, a plaidé en faveur d'une coopération accrue entre les secteurs public et privé.

« Interpol a progressivement renforcé ses efforts et les ressources engagées pour lutter contre la contrefaçon et le piratage, ce qui s'est traduit par des résultats concrets dans le monde entier, notamment dans le cadre de la protection du public contre l'utilisation de faux et de produits de contrefaçon pouvant comporter des risques mortels pour les consommateurs », a-t-il indiqué en rappelant que l'opération Jupiter avait permis d'arrêter plus d'un millier de personnes et de saisir pour 200 millions de dollars de biens contrefaits.

« Le sixième congrès mondial est l'occasion pour nous tous de déterminer de quelle manière nous pouvons, seuls et ensemble, générer des réussites encore plus grandes en matière de lutte contre la contrefaçon », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général de la Chambre de commerce internationale (CCI), Jean-Guy Carrier, a estimé que « la contrefaçon et le piratage continuent de perturber considérablement l'économie et l'emploi à un moment où les gouvernements ont du mal à maintenir la stabilité économique et à créer des emplois ». Selon lui, plus de deux millions d'emplois sont menacés par le commerce illicite.

Co-organisé par l'Institut national français de la propriété industrielle (INPI), le congrès est présidé par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Interpol, l'Organisation mondiale des douanes (OMD), avec la coopération des milieux d'affaires du monde entier représentés par la Chambre de commerce internationale (CCI) et de l'Association internationale pour les marques (INTA) doivent participer aux débats.