Egypte : Ban Ki-moon appelle à une transition pacifique et ordonnée "maintenant"

Egypte : Ban Ki-moon appelle à une transition pacifique et ordonnée "maintenant"

Des Egyptiens manifestant au Caire en janvier 2011 contre le régime de l'ancien Président Hosni Moubarak.
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi les autorités égyptiennes à écouter la volonté du peuple et à procéder à une transition pacifique et ordonnée "maintenant".

L'Egypte et les autres pays arabes devraient "écouter avec plus d'attention la volonté authentique et sincère du peuple. Il est important et nécessaire qu'il y ait une transition pacifique et ordonnée. Si une transition doit se produire, elle devrait se produire maintenant", a dit Ban Ki-moon devant la presse à Londres, à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre britannique David Cameron.

Le Secrétaire général a également appelé une nouvelle fois toutes les parties en Egypte à la retenue et les a encouragées à entamer sans délai supplémentaire un dialogue. Il a jugé que les violences observées étaient « inacceptables » et a fermement « condamné les attaques contre les manifestants pacifiques ».

"Nous ne devons pas sous-estimer le risque d'instabilité à travers le Moyen-Orient. Les Nations Unies se tiennent prêtes à fournir leur assistance pour les efforts de réforme par l'Egypte et d'autres pays arabes pour respecter et refléter la volonté du peuple", a encore dit le Secrétaire général

Selon la presse, des affrontements violents avaient lieu mercredi dans la capitale égyptienne, Le Caire, entre partisans et adversaires du Président Hosni Moubarak. Le Président, qui est au pouvoir depuis près de 30 ans, a promis mardi de quitter ses fonctions dans quelques mois.

Ban Ki-moon a noté qu'au cours de la décennie passée les Nations Unies ont prévenu d'un déficit démocratique et de la nécessité d'un changement dans le monde arabe, notamment dans les Rapports sur le développement humain depuis 2002.

"Les manifestations reflètent la grande frustration du peuple égyptien concernant le manque de changement au cours des dernières décennies. Le mécontentement appelle à des réformes courageuses, pas à la répression", a dit le Secrétaire général dans un discours qu'il devait prononcer à l'Université d'Oxford mercredi après-midi.