Afrique : le chef de l'ONU salue les progrès dans la lutte contre le paludisme

31 janvier 2011

A l'occasion d'une réunion avec l'Alliance des leaders africains contre le paludisme (ALMA) en marge du Sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué les progrès effectués dans la lutte contre la maladie estimant que cette réussite pourrait être déclinée pour lutter contre d'autres maux affectant les sociétés africaines.

A l'occasion d'une réunion avec l'Alliance des leaders africains contre le paludisme (ALMA) en marge du Sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué les progrès effectués dans la lutte contre la maladie estimant que cette réussite pourrait être déclinée pour lutter contre d'autres maux affectant les sociétés africaines.

« L'Alliance des leaders africains contre le paludisme (ALMA) a surmonté tous les obstacles, en nouant des partenariats et en fournissant aux familles le nécessaire pour se prémunir du paludisme », a déclaré Ban Ki-moon. « Ces progrès sont remarquables. Nous devons les encourager et utiliser leur savoir-faire comme un modèle pour lutter contre d'autres maux sociaux », a-t-il ajouté.

Lancée en Septembre 2009 à New York, l'ALMA est un forum de haut niveau mis en place pour superviser la lutte contre le paludisme afin de réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

« Cette alliance contre le paludisme est en train de stopper la progression de la maladie et sauver des milliers de vies. C'est une grande réussite. Grâce à cette initiative nous nous rapprochons de l'Objectif du millénaire pour le développement sur le paludisme », a souligné Ban Ki-moon.

Le paludisme tue chaque année presque un million d'Africains et affecte plus de 200 millions de personnes dont la plupart sont des femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Le mois dernier, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé que les décès du paludisme ont diminué de 10% entre 2008 et 2009. Dans 11 pays africains, les décès dus à la maladie a été réduit de plus de moitié depuis l'an 2000.

« Depuis 2008, plus de 290 millions de moustiquaires ont été distribuées en Afrique. La couverture universelle n'est pas seulement un espoir, il est à notre porté », a souligné le chef de l'ONU.

Lors de la cérémonie, les chefs d'État de Guinée, du Kenya, d'Ouganda et de Tanzanie ont été récompensés par l'ALMA pour avoir interdit l'importation et l'utilisation des thérapies orales à base d'artémisinine, qui provoquent une résistance de la maladie aux traitements.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Paludisme : l'OMS préoccupée par la résistance aux traitements

Si rien n'est fait rapidement pour prévenir l'apparition et la propagation de parasites pharmaco-résistants, le monde risque de perdre son traitement le plus efficace contre le paludisme, s'inquiètent l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'initiative « Faire reculer le paludisme » (RBM) dans leur nouveau plan d'action de lutte contre la maladie adopté mercredi.