Sud-Soudan : Ban Ki-moon appelle au calme en attendant les résultats du référendum

31 janvier 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté lundi les deux parties à l'Accord de paix global (APC) signé en 2005 et qui mis fin à la guerre civile entre le gouvernement soudanais et le Mouvement populaire de libération du Soudan, à garder leur calme en attendant la proclamation des résultats définitifs du référendum d'autodétermination au Sud-Soudan.

Organisé du 9 au 15 janvier, le scrutin s'est déroulé de manière pacifique et les résultats préliminaires indiquent que les sud-soudanais ont voté à une écrasante majorité en faveur de la sécession.

« Le Soudan est à un carrefour historique. Tous les rapports indiquent que le processus électoral s'est déroulé pacifiquement, avec une participation importante des électeurs. Au moment où le peuple soudanais fait face à une nouvelle réalité sur le terrain, les parties à l'ACP doivent porter leur attention sur les dispositions clés pour l'après référendum, qui maintiendront les relations entre le Sud et le Nord, sur le long terme », a déclaré Ban Ki-moon lors d'une réunion de haut niveau sur le Soudan, organisée en marge du sommet de l'Union africaine (UA) d'Addis-Abeba.

Parmi les questions centrales qui n'ont pas encore été réglées, figurent notamment le partage des recettes pétrolières et la délimitation des frontières.

« L'avenir de millions d'habitants du Sud et du Nord dépendra des accords qui garantiront leurs droits fondamentaux, leurs liberté de mouvement et leurs moyens de subsistance, indépendamment du lieu où ils vivent», a estimé le chef de l'ONU.

Dans son intervention, Ban Ki-moon a par ailleurs déploré la flambée de violence dans la région d'Abyei, riche en pétrole et dont le référendum d'autodétermination programmé également le 9 janvier, a finalement été reporté en raison de désaccords locaux.

« Je demande aussi instamment aux parties de trouver une solution durable qui réponde aux besoins de toutes les populations de la région et pose les bases d'une coexistence à long terme. Le référendum n'est qu'un aspect de l'ensemble des efforts destinés à la recherche d'une paix durable au Soudan », a-t-il encore ajouté.

Revenant ensuite sur la situation au Darfour, le Secrétaire général s'est dit « préoccupé par l'escalade de violence qui continue de déplacer des milliers de personnes ». « Toutes les parties au conflit devraient déposer leurs armes et s'engager dans le processus de paix », a déclaré Ban Ki-moon, qui a appelé « à un appui renouvelé à la mission conjointe ONU-UA au Darfour (MINUAD) pour assurer sa liberté de mouvement dans toute la région, assurer la protection des civils et aider les agences humanitaires » déployées sur le terrain.

« Des millions d'habitants du Darfour continuent de vivre dans des conditions inacceptables, loin de leurs foyers. Ils méritent de la part de la communauté internationale le même niveau élevé d'attention, de cohésion et d'urgence que celui démontré lors dans la mise en œuvre de l'APC », a conclu le Secrétaire général, qui a renouvelé l'engagement continu de l'ONU à travailler étroitement avec l'UA pour parvenir à la paix au Soudan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : le médiateur ONU-UA salue des avancées dans la reprise des négociations

« Je me réjouis de la déclaration conjointe des principaux mouvements du Darfour, qui s'engagent pour la première fois dans les négociations de paix internationales », a indiqué samedi le médiateur conjoint ONU-;Union Africaine, Djibril Bassolé, dans un communiqué.