Darfour : l'ONU inquiète de l'impact humanitaire des violences

28 janvier 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit vendredi préoccupé par l'impact humanitaire de la poursuite des hostilités entre forces gouvernementales et groupes rebelles dans la région soudanaise du Darfour.

Dans un communiqué publié vendredi par son porte-parole, le chef de l'ONU appelle « les parties à respecter le droit international humanitaire et les droits individuels » et leur rappelle que « ces violences affectent directement le processus de paix en cours au Darfour et à Doha, alors que la communauté internationale concentre ses efforts pour aider les Soudanais à construire une paix et une sécurité durable ».

« Le Secrétaire général appelle le gouvernement et les rebelles du Mouvement pour la Justice et l'égalité (JEM) à redoubler d'efforts pour parvenir à un cessez-le-feu dans les prochains jours », indique encore le communiqué.

Ban Ki-moon appelle « les belligérants des autres groupes rebelles à lancer immédiatement des discussions avec le gouvernement soudanais pour trouver un accord final de règlement du conflit », ajoute-t-il.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : la MINUAD préoccupée par de nouveaux affrontements

La Mission conjointe des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) a confirmé mardi des informations signalant de violents combats entre les forces armées soudanaises et des rebelles de l'Armée de libération du Soudan – Minni Minnawi dans la localité de Tabit, à 45 kilomètres au sud d'El Fasher, la capitale du Nord-Darfour.