Bachelet présente son Plan d'action en 100 jours pour l'ONU-Femmes

24 janvier 2011
Michelle Bachelet, chef de l'ONU Femmes.

« Pour atteindre nos objectifs en matière d'égalité des genres et de droits des femmes, et répondre aux grandes attentes suscitées dans le monde, nous devons être ambitieux, mais nous devons aussi trouver l'équilibre entre nos ambitions et le sens commun, et nous assurer que nous construisons un organe robuste et pérenne », a déclaré lundi, Michelle Bachelet, la Directrice de l'ONU-Femmes, à l'occasion de la première séance du conseil exécutif de ce nouvel organe de l'ONU.

L'ONU-Femmes sera officiellement lancé le 24 février prochain, à l'occasion de 55ème session de la Commission sur le Statut des femmes de l'ONU.

Depuis sa nomination il y a quatre mois, Mme Bachelet a multiplié les rencontres et les réunions avec des représentants des Etats membres, des activistes défendant la cause des femmes et d'autres responsables ou acteurs de la société civile. Le message qui lui a été transmis a été le suivant : « l'ONU-Femmes doit se concentrer sur quelques problèmes précis, avec des résultats visibles, en donnant la priorité au soutien apporté aux Etats ou aux entités nationales œuvrant dans ce domaine ».

Selon Michelle Bachelet, le principal objectif de son agence est d'« exploiter le potentiel des femmes », notamment « en renforçant leur participation aux prises de décisions, en créant de l'espace pour leur leadership, en les sortant de la violence et en leur offrant une avenue d'opportunités, afin qu'elles soient reconnues comme des acteurs et des leaders économiques ».

« Cela implique de montrer aux décideurs politiques que quand les femmes participent pleinement au développement des sociétés et des économies, les bénéfices pour tous augmentent sensiblement », a-t-elle poursuivi. « Je suis déterminé à faire de l'ONU-Femmes un catalyseur de changements, offrant de nouvelles énergies, dessinant de nouvelles idées et valeurs et rassemblant des hommes et des femmes de différents pays, sociétés et communautés dans un effort commun ».

Selon Mme Bachelet, « l'objectif clé de l'ONU-Femmes est de construire des capacités nationales pour permettre aux partenaires nationaux de concevoir des politiques et des lois promouvant l'égalité des genres et de mettre en place des stratégies permettant le succès des engagements nationaux pris ».

Devant le Conseil exécutif de l'agence onusienne, elle a indiqué que le travail de l'ONU-Femmes s'articulerait autour de cinq principes : soutenir les demandes des partenaires nationaux pour renforcer la mise en place des accords et standards internationaux, soutenir les mécanismes intergouvernementaux destinés à renforcer le cadre légal régional ou international dans le domaine de l'égalité des sexes, défendre l'égalité des genres et l'émancipation des femmes, promouvoir la cohérence dans les différentes actions de l'ONU dans ce domaine, et enfin, agir comme un acteur mondial détenant une expérience et un savoir-faire.

« Derrière cette vision, il y a une approche stratégique qui est centrale pour la manière dont nous allons travailler », a-t-elle continué. « Dans certains domaines, les pays attendront de l'ONU-Femmes qu'elle soit un guide, mais dans de nombreux autres domaines dans lesquels des acteurs font déjà un excellent travail, ils nous faudra créer des partenariats solides. Enfin, il y a encore beaucoup d'autres questions d'importance, dans lesquels nous apporterons le plus de valeur ajoutée, au travers de notre coordination ».

Ces objectifs fixés, Michelle Bachelet a présenté au Conseil exécutif un « Plan d'action en 100 jours » qui se concentre sur cinq thématiques prioritaires et des actions fortes pouvant être menées dans les trois premier mois qui suivront la création de l'ONU-Femmes en février prochain : 1) accroître la portée de la voix, du leadership et de la participation des femmes, 2) mettre un terme aux violences contre les femmes, 3) renforcer la mise en œuvre de l'agenda onusien sur les femmes, la paix et la sécurité, 4) renforcer la participation économique des femmes, 5) faire de l'égalité des genres une priorité centrale des autorités nationale et locales des Etats membres.

Pour conclure son intervention, la Directrice de l'ONU-Femmes a indiqué que son agence allait inviter des dizaines « de personnalités, hommes, femmes, jeunes de toutes les régions du monde » pour le lancement officiel de l'ONU-Femmes, le 24 février prochain.

Selon Michelle Bachelet, cela doit être « l'occasion pour tous les Etats membres et les représentants de la société civile de transcrire leurs engagements et recommandations en actions concrètes et de déterminer comment l'ONU-Femmes peut faire avancer ces actions ».

« Je suis consciente des résultats attendus de l'ONU-Femmes, et des défis qui se présentent pour les atteindre. Quoiqu'il en soit, nous y parviendrons », a-t-elle conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.