RDC : arrestation du chef du groupe de militaires impliqués dans les viols de Fizi

21 janvier 2011

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a eu confirmation vendredi par les autorités congolaises de l'arrestation du chef du groupe de militaires de l'armée nationale régulière impliqués dans des viols, des actes de torture et des pillages qui ont été perpétrés dans la nuit du 1er au 2 janvier dernier, à Fizi, un village situé dans la province du Sud-Kivu.

Le Lieutenant Colonel Kibibi Mutware des Forces armées de RDC (FARDC) a été arrêté par les autorités, a indiqué vendredi la MONUSCO.

A la suite du décès d'un des leurs, des éléments de l'armée congolaise avaient fait une descente à Fizi où ils auraient perpétré des actes de viols, d'agressions physiques, de tortures, de pillages, d'arrestations arbitraires, de traitement inhumain et dégradant. Huit soldats accusés d'avoir participé à ces exactions ont été mis aux arrêts.

Le Lieutenant Colonel Kibibi Mutware a été conduit à Uvira pour y être traduit en justice, a précisé la MONUSCO qui continue de patrouiller dans la région de Fizi afin de prévenir toutes représailles contre des civils. La Mission a fait état de « tensions ethniques » entre les soldats déployés dans cette zone et les populations locales.

La MONUSCO continue son enquête sur l'incident. Une équipe d'évaluation et de protection a déjà entendu 13 personnes qui ont été violées afin de les assister.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : suspension de 8 soldats accusés de viols, l'ONU appelle à arrêter leurs chefs

Huit soldats des Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC), ont été mis aux arrêts par leur hiérarchie pour avoir participé à des viols, des actes de torture et des pillages dans la nuit du 1er au 2 janvier dernier, à Fizi, un village situé dans la province du Sud-Kivu. La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a appelé mercredi à la suspension du Commandant et Commandant adjoint de l'unité dont les troupes sont impliquées dans cet incident.