Un Autrichien nommé Représentant spécial adjoint pour la Somalie

17 janvier 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a nommé lundi Christian Manahl, de l'Autriche, en tant que Représentant spécial adjoint pour la Somalie.

Né en 1960, M. Manahl a « une vaste expérience dans la prévention et la gestion des conflits, la gouvernance, l'état de droit, la planification stratégique et des interventions, la coopération institutionnelle, ainsi que la mobilisation et la coordination de l'assistance » ; précise le bureau du porte-parole du Secrétaire général.

Depuis juin 2010, M. Manahl occupait le poste de Directeur de la Division des affaires politiques au sein de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), après en avoir été le Directeur par intérim à partir de février 2007.

De décembre 2005 à janvier 2007, il a rempli les fonctions de Conseiller politique principal du Représentant spécial pour le Soudan de l'Union européenne. Auparavant, de mai 2004 à novembre 2005, il travaillait au Groupe des politiques du Haut-Représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité commune.

D'août 1999 à septembre 2003, M. Manahl a occupé le poste de Chef de la Section politique régionale de la délégation de la Commission de l'Union européenne à Nairobi, où il était chargé de la région des Grands Lacs et de la Corne de l'Afrique, y compris la Somalie. À ce titre, il s'est occupé de la Conférence de réconciliation nationale somalienne de Mbagathi. Au début de son parcours professionnel, M. Manahl était un diplomate autrichien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : le Conseil de sécurité réitère son soutien au gouvernement de transition

A l'issue d'une séance consacrée à la Somalie, les membres du Conseil de sécurité ont à nouveau fait part de leur préoccupation face à la persistance de l'instabilité et la détérioration de la situation humanitaire, tout en réaffirmant leur soutien à l'Accord de paix de Djibouti et leur appui total au Gouvernement fédéral de transition (GFT).